Cette Coupe du monde 2022 aura une saveur particulière pour les supporters algériens. Pour la deuxième fois de suite, ils suivront la compétition sans voir leur nation les représenter. Cette année, l’élimination a fait très mal au peuple algérien. Il faut dire qu’il n’y avait pas pire scénario pour des supporters. Après avoir remporté le match aller des barrages face au Cameroun à l’extérieur (1-0), l’Algérie s’est inclinée chez elle, devant son public, après prolongation en encaissant un but dans les ultimes secondes de la partie (120e+6).

L’élimination difficile à digérer
Un séisme pour tout un peuple et une énorme frustration puisque la rencontre a été marquée par des faits de jeu très litigieux et des décisions controversées de l’arbitre de la rencontre Bakary Gassama. À tel point que la fédération algérienne était allée jusqu’à faire appel auprès de la FIFA pour faire rejouer le match et que les supporters avaient manifesté devant le siège de la FIFA en Suisse. En vain. C’est bien le Cameroun qui jouera la Coupe du monde et l’Algérie qui restera chez elle. Mais alors, à l’approche de la compétition suprême, comment le peuple algérien vit-il le début de la Coupe du monde ? Car, on le sait, les supporters algériens sont de grands amateurs du ballon rond. Mais, cette fois-ci, les sentiments sont visiblement partagés. « Encore aujourd’hui, les supporters algériens et même les journalistes, évoquent toujours l’élimination face au Cameroun. On l’a vu lors de la dernière conférence de presse de Djamel Belmadi où il a encore été questionné sur ça. Même lui, il en parle toujours, il se sent coupable. Tout le monde s’attendait à une qualification historique face au Cameroun, au pays. L’arbitrage n’était pas de notre côté et cela a eu un rôle direct sur le résultat. Les supporters algériens n’ont toujours pas digéré cette élimination à Blida. Surtout que l’Algérie avait gagné à l’aller et tout se jouait au match retour. Même si ça reste un grand événement, l’absence de l’Algérie fait que ça aura des répercussions sur ceux qui vont la suivre à la télévision», a confié, dans un premier temps Ishaq Chebli, journaliste algérien pour le média DZ Foot, au site Footmercato.net.

Un soutien pour les pays voisins
Si évidemment le scénario de l’élimination fait mal, le fait de rater une Coupe du monde au Qatar est aussi un facteur à prendre en compte. Car la compétition a une saveur particulière pour le monde arabe. Cette Coupe du monde est la première dans un pays arabe et musulman en plus. L’Algérie aurait probablement joué à domicile comme ce sera sans doute le cas du Maroc, de la Tunisie et de l’Arabie Saoudite dans ce tournoi. Ce qui frustre encore plus le peuple. «Au pays, c’est assez partagé. Il y a une forme d’excitation, car c’est une compétition rare qui se joue tous les 4 ans, mais de l’autre côté, ton pays n’est pas qualifié et donc c’est difficile. Surtout quand tu vois des équipes moins fortes que ton équipe et qui joueront la Coupe du monde. C’est là que tu prends conscience de la tristesse que cause l’absence de ton pays. La Coupe du monde reste un événement mondial, alors forcément qu’on va suivre la compétition. Mais c’est vrai que l’absence de l’Algérie affecte le suivi de la compétition pour nous. Surtout que cela se déroulera dans un pays musulman, un pays arabe. C’était spécial pour nous. Il y aurait eu beaucoup d’Algériens là-bas pour voir la dernière de la génération Mahrez, Slimani et autres», précise Ishaq Chebli.

Solidarité avec les pays arabes
Malgré cette déception, bons nombres de supporters algériens suivront évidemment la compétition. Si certains d’entre eux préfèrent être neutre et de ne soutenir personne pendant le Mondial, d’autres seront derrière les pays africains et notamment la Tunisie et le Maroc. C’est d’abord le cas de Djamel Belmadi. Le sélectionneur des « Fennecs » l’a déclaré publiquement en conférence de presse. « Je souhaite bonne chance aux équipes nationales du du Maroc, de Tunisie, et à toutes les équipes africaines pour la Coupe du Monde. Nous avions été soutenus en 2019 par le peuple marocain et le peuple tunisien, alors nous les supporterons nous aussi». Une pensée globalement partagée comme l’a expliqué le journaliste algérien Ishaq Chebli. «Les supporters algériens seront pour le Maroc et la Tunisie. Ces deux pays-là, ce sont deux pays proches dans la culture foot. On a toujours l’espoir que l’une des deux nations passe au second tour. Il y a une certaine solidarité avec les pays arabes. Même le Qatar et l’Arabie Saoudite, ils auront toujours le soutien des supporters algériens». De quoi consoler un peu les supporters qui regretteront décidément jusqu’au bout cette soirée cauchemardesque du 29 mars 2022. n