L’ancien président de la FIFA a réitéré ses regrets quant à l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.Il n’est jamais trop tard pour alléger sa conscience. En poste à la tête de la FIFA au moment de l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, Sepp Blatter sait que son nom sera toujours associé à cette édition controversée du Mondial. Dans une interview publiée par les médias du groupe suisse Tamedia, il dit « regretter » cette attribution qu’il n’hésite plus à qualifier d’« erreur ».

Le geste de paix raté
« Le football et la Coupe du monde sont trop grands pour cela […] J’en portais à l’époque la responsabilité en tant que président de la FIFA », a par ailleurs ajouté l’ancien ponte de la plus haute instance du football.
Sepp Blatter a un autre regret, avoir privé les Etats-Unis de Coupe du monde, quatre ans après la Russie. Une occasion en forme de symbole qui se présente très rarement. « Cela aurait été un geste de paix si les deux adversaires politiques avaient organisé la Coupe du monde l’un après l’autre ». Il fallait y penser sur le coup. Car le cours de l’histoire, lui, est irréversible.