L’équipe de France fait face à son plus grand défi lors de cette Coupe du monde 2022, affronter l’Argentine de Lionel Messi.
Car l’aura de La Pulga dépasse les frontières et sa consécration mondiale absolue est attendue.
C’est une petite musique qui se diffuse depuis le début du Mondial et dont le volume a augmenté au fil des matches. Lionel Messi doit gagner la Coupe du monde, eu égard à sa prestigieuse carrière et à son incommensurable talent. Le storytelling est implacable : il dispute sa dernière Coupe du monde, avec autour de lui des joueurs de moindre talent mais prêt à mourir pour lui sur le terrain.

La prémonition
de Zlatan
Et cela fonctionne, si l’on constate le nombre de fans de La Pulga, logiquement séduits par les arabesques qu’il propose depuis presque 20 ans, souhaitant la voir triompher au Qatar. Peu importe la nationalité de ses fans, l’histoire est trop belle pour ne pas la voir se réaliser devant eux.
De là à imaginer un complot, il y a un gouffre que nous ne franchirons pas, mais plusieurs voix s’élèvent régulièrement depuis le début du Mondial pour exprimer ce ressenti. «Je pense que c’est déjà écrit, et vous savez de qui je parle. Je pense que Messi soulèvera le trophée, c’est déjà écrit», exposait par exemple Zlatan Ibrahimovic il y a encore deux jours.
Et forcément, les nombreuses polémiques autour de l’arbitrage ressurgissent. L’Argentine a bénéficié de 4 penalties depuis le début du Mondial, record de la compétition, et 2 d’entre eux apparaissent contestables (contre la Pologne et la Croatie).
Souvent à la limite dans les duels, les Argentins n’hésitent pas à mettre le pied mais n’ont pas reçu de sanction sévère (type Paredes contre les Pays-Bas), ce qui n’a pas empêché Messi de dézinguer Mateu Lahoz, arbitre de ce bouillant Pays-Bas-Argentine. Résultat, le capitaine portugais Pepe se lâchait après l’élimination face au Maroc. «Il est inacceptable qu’un Argentin nous arbitre aujourd’hui après ce qui s’est passé vendredi, avec Messi qui s’est plaint. Après ce que j’ai vu aujourd’hui, ils peuvent donner le titre à l’Argentine maintenant».

Le souffle épique
Le ressenti de ces joueurs, logiquement sous le coup de la déception, est à prendre en compte, même si certaines statistiques ne montrent pas de favoritisme. Sur les quatre demi-finalistes, l’Albiceleste est l’équipe qui a reçu le plus de cartons jaunes depuis le début de la compétition (12) alors qu’elle n’était que la troisième plus sanctionnée (derrière le Maroc et la Croatie). Outre un arbitrage favorable ou non, l’Argentine est portée par un souffle collectif indéniable et un soutien populaire impressionnant.
Bien sûr, il y a les Argentins qui vibrent au-delà du raisonnable, mais il y a tous ceux qui estiment que Lionel Messi doit absolument gagner une Coupe du monde. La France peut-elle résister à ce scénario jugé idéal par beaucoup ? Ce soir, les Bleus n’auront pas le monopole du cœur, bien au contraire. Le stade sera acquis à la cause argentine, le monde du football rêve de voir Lionel Messi soulever le trophée en tant que capitaine, l’organisateur qatari sera ravi d’être l’hôte de cette consécration. L’équipe de France affrontera bien plus qu’une sélection en finale, un souffle épique pour définitivement sacraliser Lionel Messi comme le GOAT. <