Après une courte défaite (2-1) au Ghana face à Bechem United, lors du match aller du tour préliminaire de la Coupe de la Confédération CAF, le MC Alger semble avoir toute ses chances de passer outre cette étape sur laquelle il a buté lors des 3 dernières participations africaines.

Un but, c’est ce dont les Mouloudéens auront besoin ce soir (20h30) pour arracher le ticket de la qualification. A condition de ne pas en encaisser. Pour cela, ils pourront compter sur l’apport des «Chnaouas» attendus en masse au stade 5-Juillet 1962 où le «Doyen » n’a plus évolué face à un club de l’Afrique subsaharienne depuis 17 ans. C’était en 2000 contre les Sénégalais de Jeanne, d’Arc avec un nul (1-1).

Ça sera une rencontre ouverte où tout peut se passer. Ça peut basculer d’un côté comme de l’autre à tout moment. Si les Algérois ont l’avantage de recevoir pour ce match retour, les Ghanéens ont une marge à préserver. Bien que mince, elle peut s’avérer décisive. En tout cas, virtuellement, ce sont les visiteurs qui seront qualifiés au coup d’envoi. L’attaquant de Bechem United, Yaw Anorl, le sait très bien. «Nous avons eu l’avantage de gagner le match aller ce qui n’est pas rien. Nous avons un but d’avance que nous allons défendre crânement à Alger lors de ce match retour.
On sait que ce sera une partie difficile mais nous avons cette ambition de marquer au Mouloudia au moins un but pour mettre notre adversaire en difficulté. Si on marque, on aura une très forte chance de se qualifier au prochain tour», a estimé l’auteur du second but des Ghanéens lors de l’ «acte I» à Accra. L’avant-centre veut «rendre les Ghanéens fiers de nous. C’est pour cela qu’on veut ramener la qualif’ d’Alger même si notre mission s’annonce difficile mais pas impossible. Dans le football rien n’est impossible.» La méfiance est recommandée chez les poulains de Kamel Mouassa contre un team qu’il «ne faut surtout pas sous-estimer pour éviter toute mauvaise surprise» comme avertit le président du Mouloudia Omar Ghrib. Chez les joueurs, on semble prêt à relever le défi et briser le plafond de verre. Pour Amir Karaoui, l’idéal serait de «marquer rapidement en validant notre victoire dès la 1ère mi-temps». «C’est sûr que cette équipe de Bechem va tout faire pour préserver ce score de 2 buts à 1 obtenu lors du match aller. Mais nous, on va tout faire pour forcer la décision dès le début de la rencontre, ce qu’on n’a pas su faire lors du match aller», reconnaît l’international algérien. Selon lui, dans le camp d’en face il y a «quelques éléments de qualité à l’instar de Touré et Akoto. Mais bon, on sait ce qu’on doit faire pour les museler. Maintenant, si on produit notre jeu et on évolue avec notre valeur, la formation de Bechem sera en difficulté». Le challenge est là. Seule la victoire comptera et permettra au leader de la Ligue 1 Mobilis de poursuivre la campagne africaine.