Vainqueur 2 buts à 1 le 22 décembre dernier au Niger, la JS Kabylie reçoit l’US Gendarmerie nationale au stade 1er Novembre 1954 cet après-midi pour tenter de valider le ticket pour le prochain tour. La partie se jouera dans un contexte particulier, puisque l’entraîneur Youcef Bouzidi devrait quitter la barre technique dans la foulée.

Six journées en championnat et Cherif Mellal est déjà en passe de consommer un second entraîneur. Après avoir remercié Yamen Zelfani, le président des « Lions du Djurdjura » a décidé de se passer des services de Youcef Bouzidi dépêché, fin novembre dernier, en pompier après le départ de l’entraîneur tunisien. Avec un bilan plus que correct : 3 victoires, deux nuls et 1 défaite, Bouzidi semblait redresser la barre. C’était sans compter sur la gestion improvisée de Mellal qui a cru bon d’engager Denis Lavagne annoncé en grandes pompes ces derniers jours. Bouzidi sait que son sort est scellé mais préfère partir en bons termes malgré ce coup tordu de son employeur. « «Par respect à la JSK et à l’Algérie, je coacherai l’équipe face à l’USGN», a-t-il lâché.

Le contrat n’a pas encore été résilié
Il faut savoir que sa situation contractuelle n’a pas été tirée au clair. Malgré cela, celui qui avait sauvé les Canaris de la relégation au terme de la saison 2017-2018 a fait prévaloir la sagesse en mettant en avant l’intérêt du club à l’approche d’un rendez-vous africain important. « Je n’ai pas encore résilié mon contrat ; jusqu’au moment où je vous parle, il ne m’a pas parlé de résiliation de contrat. Au risque de me répéter, après le match de ce mardi, vous ne me verrez plus à la JSK », précise le concerné qui semble se faire à l’idée de quitter le team le plus titré en Algérie après la fin de cette seconde manche contre les Nigériens. Dans son parcours, il y a cette lourde défaite (0-3) face au CR Belouizdad qui a laissé des séquelles apparemment irréversibles. Seulement, il faut savoir que pour exercer après l’éviction de Zelfani, Bouzidi a dû bénéficier d’une dérogation pour pouvoir rester sur le banc avant régularisation de sa situation. Il s’avère que son passage ne sera finalement que provisoire.

Ça devrait passer
Si Bouzidi ne semble pas vraiment surpris ni contrarié par le sort qui lui a été réservé c’est parce qu’il aurait, d’après des bruits de couloirs, une porte de sortie menant au NA Hussein-Dey. «Le NAHD est l’équipe de mon quartier, j’ai beaucoup de respect pour elle et ses dirigeants. Mais je n’ai rien négocié et je n’ai nullement l’intention de négocier quoi que ce soit. Comme j’ai déjà dit, vous ne me verrez pas dans une autre équipe avant le mercato », balaie toutefois le driver 63 ans. Au-delà de cet aspect technico-administratif, l’enjeu restera de prolonger l’aventure dans l’épreuve continentale. Pour cela, il ne faudra pas perdre. Et cela semble dans les cordes des camarades de Rezki Hamroun qui sont en ballotage favorable.