Ils étaient pourtant les deux favoris de la poule «C». Le Maroc et la Côte d’Ivoire se retrouvent à jouer leurs têtes dans une confrontation directe où l’élimination est promise au perdant. Ce soir (20h00), au stade d’Oyem, «Eléphants» et «Lions de l’Atlas» s’affrontent dans l’un des chocs prématurés dans cette Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier – 05 février). Et contrairement aux Marocains, les Ivoiriens, tenants du titre, se doivent de l’emporter !

Présentée, légitimement, comme l’un des sérieux candidats pour le sacre final, la Côte d’Ivoire se retrouve sur le fil du rasoir. En effet, les coéquipiers de Wilfried Bony n’ont gagné dans aucune de leurs deux premières sorties même s’ils n’ont pas perdu. Deux points qui les placent à la 3e place, derrière la RD Congo (4 points) et le Maroc (3 points). Ce dernier, leur adversaire du soir, sera drivé par Hervé Renard. Le technicien français connaît très bien les spécificités de l’équipe détentrice du trophée puisque c’est lui qui l’avait emmenée sur le toit de l’Afrique il y a deux ans en Guinée-Equatoriale. La finale et la plus haute marche ? Pour l’ instant, la troupe à Michel Dussuyer en est loin. « Après le match nul contre la RD Congo, on va tout donner face au Maroc pour arracher cette qualification. Il n’y a plus de calculs à faire. On va surtout se concentrer sur notre deuxième mi-temps face aux Congolais, qui ont été pas mal, pour continuer sur ces bonnes bases face aux Marocains », avait promis le défenseur ivoirien Simon Deli. Ça sera, en tout cas, le seul cas de figure qui permettra aux siens de voir le reste de la compétition. Pour la sélection du royaume chérifien, le point du nul devrait suffire pour se hisser en quarts de finale. Mais ce n’est pas pour autant que les coéquipiers de Mehdi Benatia joueront avec le feu en ne visant que le nul. Ils savent très bien que leur sort peut basculer si jamais ils prennent un but face à un adversaire qui a un potentiel offensif intéressant. « Face à la Côte d’Ivoire, ça sera une finale », juge Nabil Dirar qui évolue à l’AS Monaco. Fayçal Fajr, son compère dans le milieu de terrain, avait prévenu, au sortir du succès 3 buts à 1 contre le Togo, que l’équipe « a encore un match très important face à la Côte d’Ivoire. On va préparer le match face aux Ivoiriens comme on a préparé celui face au Togo. On va essayer de rester dans la même dynamique et ça devrait passer ». Cette confrontation sera très spéciale pour Hervé Renard qui retrouve ses anciens poulains. L’ex-driver de l’USM Alger, un temps proche de driver notre équipe nationale avant la désignation de Christian Gourcuff, estime que les vainqueurs de la défunte édition sont « un adversaire comme un autre. Nous savions lors du tirage que ce match serait décisif pour la qualification. C’est le match le plus difficile des trois, il va falloir qu’on soit très solide » avant de se rappeler qu’ « En 2015 (avec la Côte d’Ivoire), on s’était retrouvés dans la même situation avec deux nuls et on avait gagné 1-0 contre le Cameroun.» Cette affiche aura donc été une finale quoi qu’il arrive parce que le perdant sera malheureux et vivra une désillusion certaine. In fine, rappelons que les deux antagonistes du soir se sont affrontés, le 12 novembre dernier à Marrakech, dans les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 et s’étaient quittés dos à dos (0-0). Ça devrait être très équilibré.