L’équipe nationale y sera ! La sélection A’ a validé son billet pour la finale de la Coupe Arabe FIFA 2021 face au pays hôte ce mercredi soir. L’Algérie a disposé 2 buts à 1 du Qatar dans un stade d’Al-Thumama bouillonnant et au terme d’un scénario de dingue. Elle retrouvera la Tunisie, tombeuse de l’Egypte sur le fil (1-0) plus tôt dans la soirée, pour la finale. L’explication est prévue samedi prochain (16h).

Par Mohamed Touileb

Pour débuter, Madjid Bougherra a pris deux décisions non-négligeables: un par contrainte et l’autre par choix. Ainsi, Benlamri était le remplaçant naturel de Tougaï (blessé) alors que Draoui a été préféré à Mrezigue. Le sélectionneur a touché à sa colonne vertébrale habituelle. Et ça a causé quelques flottements en début de partie.

Des occasions sans concrétisation

La première occasion dangereuse est survenue à la 12e minute lorsqu’Elmoez Ali a tenté, au terme d’une phase de conservation de 15 passes, un ciseau qui n’est pas passé loin de la transversale de M’Bolhi.  Malgré un stade Al Thumama majoritairement acquis à la cause d’Al Annabi, les Dz ont essayé de maîtriser leurs nerfs et mettre le pied sur le ballon. La réaction algérienne survenait à la 21e  minute. Bendebka et Meziani combinent. Ce dernier centre pour Bounedjah qui se jette mais n’arrive pas à rabattre le ballon !

Tout comme l’avant-centre, Yacine Brahimi pèche dans le dernier geste à la 35e minute. Le milieu offensif, idéalement servi par l’efficace Meziani, ne parvient pas à ouvrir son pied et tire trop sur le portier Saad Alsheeb. En termes d’opportunités de scorer c’était tout. Pour le spectacle, Youcef Belaïli a gratifié les présents de 3 petits-ponts face à un bloc bas qui évoluait en contres. Cependant, il oubliait de faire basculer le jeu sur certaines séquences. À la pause, il y avait un score nul et vierge.

Benlamri, buteur heureux

Après la halte, les camarades du très bon Ilyes Chetti sont revenus avec les mêmes intentions pour essayer de décanter la situation. L’arrière-gauche était très actif sur son flanc. D’ailleurs, il trouve un bon intervalle pour Bounedjah (51′) qui croise trop sa frappe. L’ouverture du score semblait imminente. Confirmation à l’heure de jeu lorsque Benlamri dévie une reprise de Benayada sur un corner repoussé par le keeper de Qatar. Suffisant pour faire sauter le verrou adverse et prendre les devants en toute logique.

Une fois l’avantage acquis et Bounedjah blessé, Bougherra  a changé de dispositif en incorporant Tahrat comme sentinelle sachant que les Qataris allaient chercher à multiplier les offensives. Première alerte à la 71e sur une tête de Khoukhi, l’un des deux annabis d’origine algérienne, repoussée par M’Bolhi.

Un scénario à la Hitchcock

Face à une attaque qui a mis 11 buts, il fallait être méfiant. D’autant plus que les supporters de la nation organisatrice poussaient fort. Sans oublier le coup de pouce de l’arbitre polonais Szymon Marciniak avec 9 minutes de temps additionnel ajoutées! Rien que ça…

La rallonge était fatale puisque Muntari égalisera à la… 90’+7 d’une magnifique tête décroisée. Et ce n’était pas fini  puisque notre sélection obtiendra un penalty par Brahimi. Sentence transformé en deux temps par Belaïli (90’+14). Malgré le scenéario dramatique, « El-Khadra » tiendra bon pour préserver son acquis pour acter son précieux sésame. « El-Khadra » tiendra bon pour préserver son acquis pour acter le tant désiré ticket.

M.T.