Il a parlé de la Coupe Arabe FIFA 2021 avant que la compétition ne débute, puis il s’est éclipsé pour laisser la place et les devants de la scène à Madjid Bougherra, coach chargé de l’équipe nationale A’. Certes, Djamel Belmadi a aidé à établir la liste des joueurs concernés par cette épreuve. Toutefois, il est resté en retrait par la suite. Une attitude judicieuse.

Par Mohamed Touileb
Belmadi s’est imposé dans l’environnement sportif algérien et africain. Depuis trois ans, il brille sur le banc de l’EN. Il est l’attraction principale. Il sait pertinemment qu’il cristallise l’attention. Néanmoins, le chef de la barre technique d’« El-Khadra » n’est pas un voleur de vedette pour autant. Concrètement, il était venu en aide à Bougherra pour élaborer le plan de sa première compétition. Pour preuve : il n’a pas hésité à lui confier certains éléments importants des Fennecs à l’instar de Bounedjah, Benlamri, M’Bolhi ou Belaïli. D’ailleurs, ces deux derniers étaient d’un précieux apport lors de la qualification acquise au détriment du Maroc lors du tour précédent.

Mentalité de compétiteur transmise
Ces greffes étaient cruciales pour transposer la culture de la gagne chez l’EN A’ qui est toujours en lice pour aller chercher le sacre. Une consécration qui était dans le viseur des « Guerriers du Désert » depuis le début de leur aventure. Il y a des mots et des déclarations qui donnent des indications. On prendra notamment celle de Bougherra mardi matin qui a relevé, en conférence de pré-demi-finale face au Qatar joué hier à l’heure où nous mettions sous presse, que « nos joueurs ont une vraie mentalité de compétiteurs, dans la continuité de l’équipe A. Ce qui est certain, c’est que mes joueurs rentreront à 200% pour réussir ce challenge, in cha Allah ».
Bouggy ajoutera que « la coupe Arabe est avant tout une opportunité qui doit permettre de donner plus de possibilités à Djamel Belmadi avant la CAN. Mon travail à moi et les performances des joueurs sont destinés à l’équipe A. Grâce à ce tournoi, certains retrouvent du temps de jeu et d’autres ont l’occasion de s’illustrer, nous en sommes très contents ».

Il a poussé certains à se surpasser
Clairement, Belmadi avait un droit de regard sur la liste et la démarche à prôner dans l’optique de triompher triompher au Qatar. L’architecte du sacre de la CAN-2019 a boosté la concurrence à sa manière pour pousser certains à se surpasser et d’autres à maintenir le degré de compétitivité et d’exigences. Pour le premier aspect, on pense notamment à Yacine Brahimi qui est en train de passer l’épreuve avec brio. Quant au second volet, on peut noter que Belaïli essaie de jouer son rôle d’»impact player» en se montrant décisif dans les moments clés. Par conséquent, on peut penser que Belmadi a aussi une part dans le parcours de la sélection. Ce n’est pas pour autant qu’il essaie de prendre de la place dans les médias ou en se rendant au stade pour voir les Verts jouer afin de ne pas mettre une pression qui serait peut-être négatif sur nos internationaux. Pourtant, au Qatar, il est comme chez lui. Cependant, il préfère rester en retrait et laisser le « Magic » savourer ces merveilleux moments et s’en nourrir à satiété. C’est une question de classe.