16 novembre 2020 face au Zimbabwe, c’était la dernière fois que Yacine Brahimi portait la tunique de l’Algérie. Il aura l‘occasion d’arborer le maillot de l’équipe nationale à nouveau. Ça sera avec l’EN A’ dans le cadre de la Coupe Arabe FIFA 2021 (30 novembre – 18 décembre) au Qatar. Le joueur a insisté auprès du sélectionneur Madjid Bougherra afin qu’il soit convoqué pour ce tournoi. Le joueur de 31 ans compte capitaliser sur sa participation afin de convaincre Djamel Belmadi, entraîneur des « A », qu’il est toujours apte à rendre service à l’international.

Par Mohamed Touileb
C’est une déclaration qui énonce que tout n’est pas encore fini. « Brahimi est dans ma liste élargie », ce sont les mots de Djamel Belmadi prononcés en octobre dernier. Ainsi, on peut dire qu’ils sont récents. Même s’il a 31 ans, Yacine Brahimi garde toujours les Fennecs dans un coin de la tête. Lui qui faisait partie de l’équipe d’Algérie ayant signé une historique qualification au second tour de la Coupe du Monde 2014 au Brésil.
Il est vrai que le fait d’avoir opté pour le championnat qatari ne l’a pas franchement aidé pour garder son niveau d’antan. Et ce, même si le fait d’évoluer dans le Golfe n’a jamais semblé préjudiciable pour être dans les plans du sélectionneur.

Une longueur d’avance pour Belaïli et Benrahma, mais…
D’ailleurs, les Benlamri, Guedioura, Belaïli et Bounedjah ont fait partie de l’ossature de l’EN durant la CAN-2019. Pour sa part, Brahimi était un remplaçant alors qu’il évoluait au FC Porto. Il n’aura joué que 22 minutes en 7 matchs durant ladite compétition. Un statut de coiffeur qu’il avait accepté sans faire de vagues même s’il a perdu sa place lors des matchs de préparation de la CAN face au Mali. C’était à l’aube de l’épreuve phare en Afrique.
Après, la messe africaine, il a décidé de signer à Al-Rayyan SC (Qatar) à tout juste 29 ans. Cela n’a pas empêché l’entraîneur des Verts de le rappeler. Il honorera 7 capes dont la dernière lors de la fenêtre internationale de novembre 2020 avec la double-confrontation contre le Zimbabwe. Par la suite, plus rien. Surtout que Saïd Benrahma est venu le déloger sur le flanc gauche de l’attaque. Remplaçant de l’intouchable Youcef Belaïli, le sociétaire de West Ham United a le même profil que Brahimi. Il peut même évoluer en numéro 10 exactement comme lui.
D’ailleurs, selon nos informations, c’est à ce poste là que l’ancien joueur devrait être utilisé par Bougherra lors de la Coupe Arabe FIFA 2021. En concertation avec Belmadi, « Bouggy » l’exploiterait dans cette zone. L’approche est expérimentale afin de savoir si Brahimi pourrait servir comme alternative en A dans ce rôle. Cela offrirait plus de flexibilité pour Belmadi si jamais il voudra basculer dans un système avec meneur de jeu pur lors des échéances à venir. Le tout, en gardant Benrahma comme solution sur le côté gauche où lui et Belaïli semblent indéboulonnables.

Le moment où (plus) jamais ?
Depuis le début de cette saison, celui qui compte 56 sélections pour 11 buts a disputé 10 matchs pour 4 pions et 2 offrandes sous les ordres de Laurent Blanc. Il a même été buteur avant-hier en déplacement chez Al-Ahli SC (succès 0-2) en Qatari Stars Cup. Lors de la séquence 2020-2021, il avait fait mouche à 9 reprises et délivré 3 passes en 32 apparitions. Ses standards pour l’exercice en cours semblent meilleurs, même si une source proche des joueurs révèle qu’il ne prend plus autant de plaisir à jouer au Qatar et qu’il aimerait revenir en Europe.
En tout cas, pour l’instant, il est toujours sous contrat jusqu’à juin 2023 avec les « Lions ». Sa seule opportunité pour réintégrer l’effectif restreint d’« El-Khadra » est d’ultra-performer. Cela passera peut-être par l’épreuve arabe où il aura des minutes avec le maillot Dz qu’il a tenu à porter de nouveau. Peut-être que ça sera la dernière fois. À moins d’une résurrection par la performance lors des semaines à venir. Ce qui démontrait, plus que jamais, l’investissement de Brahimi.