Madjid Bougherra, sélectionneur des A’, a communiqué, samedi soir, la liste des joueurs retenus pour la Coupe Arabe FIFA 2021 prévue au Qatar du 30 novembre au 18 décembre prochains. Ils sont 23 éléments concernés par cette date. Ce casting a fait des mécontents, puisque trois footballeurs évoluant dans le Golfe ont fait part de leur frustration de ne pas avoir été sélectionnés. Et ce n’était – pour le moins – pas très adroit.

Par Mohamed Touileb
Malik Asselah, Mohamed Benyettou et Ayoub Azzi pensent que leur place a été attribuée à un autre compatriote. Et ils ont recouru aux réseaux sociaux pour exprimer leur amertume après avoir appris qu’ils ne seront pas de l’aventure. Pour deux d’entre eux, les messages étaient sarcastiques, voire démesurés. En effet, Asselah a posté une story où il écrivait : « peut-être que je suis invisible ou je suis d’une autre planète ». Ainsi, aux yeux du portier d’Al Hazem (Arabie saoudite), il méritait pleinement de se retrouver parmi le trio appelé par Bougherra que composent M’Bolhi, Medjadel et Zeghba. L’ancien keeper de la JS Kabylie, a, par cette publication, jugé le mérite des autres. Ce qui n’est pas de ses prérogatives. D’autant plus que les deux premiers nommés font partie des plans de Belmadi et que Zeghba, récemment rappelé chez les Verts, est considéré comme le meilleur gardien dans le championnat saoudien.

Benyettou : plus méritant, moins virulent
Pour sa part, Azzi est allé plus loin en tenant des propos qu’on pourrait qualifier d’irresponsable. « Apparemment, on n’est pas assez Algériens pour être retenus dans cette équipe », a écrit le joueur de la modeste formation d’Al-Markhiya (un quartier à Doha). Le défenseur de 32 ans remet clairement en considération le degré d’Algérianité des autres Dz. Il joue notamment sur le fait qu’il soit originaire d’Ouargla. On notera juste que le fait d’être né à Bechar n’a pas empêché Hicham Boudaoui d’être retenu pour la CAN-2019 alors qu’il jouait au Paradou AC en plus d’être sacré champion d’Afrique avec l’équipe première. S’agissant du troisième plaignant, Mohamed Benyattou (32 ans) en l’occurrence, on peut admettre qu’il est le seul en droit de sentir lésé et oublié. En 11 rencontres depuis le début de saison, l’avant-centre d’Aly-Wakrah SC a inscrit 7 buts et délivré 2 passes décisives. Clairement, il méritait de faire une compétition d’envergure avec l’EN tant sa constance et son rendement sont largement au-dessus de la moyenne.

Il aurait suppléé Soudani ou Zerrouki sans souci
De plus, il aurait été d’un meilleur apport que le jeune Merouane Zerrouki (20 ans) qui a moins d’expérience et de vécu que lui. Aussi, Benyettou aurait pu y aller à la place d’un Hilal Soudani (34 ans) dont la présence intrigue sérieusement. En tout cas, Benyettou n’a pas usé de message frontal comme Asselah et Azzi. « Ils peuvent affecter beaucoup de choses que tu ne peux pas contrôler. Mais ton mental, ton corps, ta détermination et tes rêves sont entre tes mains. Relève la tête et bats-toi pour ce que tu veux », a-t-il mentionné dans une story avec marqué « souffre en privé, guéris en silence et laisse le succès te faire briller ». Pour tout résumer, Azzi et Asselah ont laissé leur dégoût les pousser à outrepasser leurs prérogatives même si leur absence n’a absolument rien de scandaleuse. Cela en dit long sur la mentalité de certains footballeurs issus d’un championnat d’Algérie où les déclarations responsables n’ont jamais été légion. Cela n’étonne pas vraiment. Même s’il y a des choses à dire sur la liste, il fallait rester « sobre » dans une certaine mesure. Après tout, c’est le sélectionneur qui décide. n