Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra mardi une réunion d’urgence sur la situation en Birmanie, indique un programme de travail de la présidence tournante britannique de l’instance onusienne. Cette réunion, par vidéoconférence, se tiendra à huis clos, précise le programme. Le Royaume-Uni avait prévu depuis longtemps une session du Conseil de sécurité sur la Birmanie, qui devait se tenir jeudi de manière publique et être suivie de consultations à huis clos. En raison du « coup d’Etat militaire » survenu lundi, cette réunion a été transformée en réunion d’urgence et uniquement à huis clos. Interrogé lors de son point-presse quotidien sur ce qui est attendu du Conseil de sécurité, le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a affirmé que « ce qui était important était que la communauté internationale parle d’une seule voix » sur les derniers développements en Birmanie.

Sortie il y a tout juste dix ans d’un régime militaire, la Birmanie a été lundi le théâtre d’un coup d’Etat de l’armée qui a notamment arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi. Pour expliquer ce coup d’Etat, immédiatement condamné par plusieurs pays, les militaires ont assuré que les législatives de novembre avaient été entachées d' »énormes irrégularités », ce que la commission électorale dément. Ce scrutin a été massivement remporté par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi au pouvoir depuis les élections de 2015.