Par Milina Kouaci
Différée d’une semaine, la rentrée universitaire en mode présentiel a eu lieu hier dans l’ensemble des facultés qui ont vu les étudiants, nouveaux et anciens, retrouver les amphis et les salles de cours.
C’est visiblement une année universitaire qui va ressembler à la précédente dans la mesure où le dispositif sanitaire a été reconduit. Mais plus que l’impératif sanitaire, l’université est appelée à relever plus d’un défi, notamment en érigeant des passerelles avec le monde économique. Cette rentrée a été marquée par l’inauguration des Ecoles nationales supérieures des mathématiques et de l’intelligence artificielle devant accueillir les premières promotions composées de 200 étudiants chacune, dans ce qui traduit le pari des autorités sur l’excellence.
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a donné le coup d’envoi officiel de l’année universitaire 2021-22, à partir de l’Ecole des Hautes études commerciales (HEC) au pôle universitaire de Koléa (wilaya de Tipasa). 1 696 000 étudiants ont rejoint les bancs des universités à travers tout le pays en vue d’entamer les cours en mode présentiel pour l’année universitaire 2021-22. La présente rentrée universitaire a été marquée par le lancement d’une campagne de vaccination timide de la famille universitaire et l’actualisation du protocole sanitaire de lutte contre la pandémie. Raison pour laquelle le ministre de tutelle a invité le personnel universitaire et les étudiants à rester vigilants et se faire vacciner dans les points de vaccination qui leurs sont réservés au niveau des établissements universitaires, afin d’atteindre l’immunité collective.
Egalement, dans l’objectif de garantir la réussite de cette rentrée universitaire, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a pris une série de mesures à travers l’adoption du principe de gouvernance dans la gestion des opérations administratives et le renforcement des ressources humaines et matérielles dans le but d’avoir une formation de qualité. En prévision de ce rendez-vous, le ministère de l’Enseignement supérieur s’est attelé à une évaluation de l’expérience du dispositif hybride, qui s’appuie sur une alternance entre enseignement en mode présentiel et enseignement à distance. Ce dispositif, imposé par la pandémie de Covid-19 s’appuie sur l’enseignement en présentiel pour les unités fondamentales et méthodologiques et l’enseignement à distance pour les unités transversales et de découverte.
De plus, le secteur de l’Enseignement supérieur sera renforcé cette rentrée universitaire par la réception de 20 200 nouvelles places pédagogiques à travers le pays, augmentant la capacité d’accueil globale à 1 471 000 places pédagogiques, ainsi que de 21 170 lits réceptionnés dans plusieurs wilayas, pour atteindre une capacité d’accueil globale de 671 000 lits.

Evaluation de l’année universitaire 2020-21
Marquée par la persistance de la pandémie de la Covid-19, la rentrée universitaire s’est déroulée dans le «respect strict» du protocole sanitaire, constate Abdelkrim Benmalek, responsable de la pédagogie à l’Union générale des étudiants libres (Ugel). Compte tenu du «faible engouement» pour la vaccination, ce dernier insiste sur l’importance du respect du protocole sanitaire. Cette défiance envers la vaccination impose, à ses yeux, de multiplier les campagnes de sensibilisation afin de convaincre les personnes hésitantes de «l’importance» de s’orienter vers les centres de vaccination réservés au personnel du secteur et aux étudiants. «Convaincre les récalcitrants ne sera pas aisé, mais notre organisation va se mobiliser afin d’accélérer la cadence et atteindre l’immunité collective», dit notre interlocuteur. L’Ugel, qui compte s’impliquer en tant que partenaire social dans la campagne de sensibilisation, rejette l’instauration de l’obligation vaccinale dans le milieu universitaire. «La vaccination est optionnelle. Elle ne peut être obligatoire, mais il faut sensibiliser pour une adhésion massive de la famille universitaire», insiste M. Benmalek.
Le responsable pédagogique à l’Ugel fait savoir que son organisation estudiantine évaluera, dans les meilleurs délais, l’année universitaire 2020-21 et en particulier le mode d’enseignement hybride consistant en une alternance d’enseignement en mode présentiel par vagues et en mode enseignement à distance (EAD) pour la deuxième année consécutive. «Nous avons constaté des lacunes et failles dans l’actuel mode d’enseignement», indique M. Benmalek, notamment en raison du manque de moyens matériels et de faible débit internet. Notre interlocuteur exprime ainsi son attachement au principe de l’égalité des chances entre étudiants.
Par ailleurs, les autorités misent sur l’accélération de la campagne de vaccination dans le milieu universitaire, question abordée samedi lors de la réunion du gouvernement, afin de booster le taux de vaccination dans le pays et atteindre l’immunité collective.