La 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur a débuté, lundi soir, dans la ville de Mostaganem, après deux ans d’absence en raison
de la pandémie de Covid-19.
La cérémonie d’ouverture de cette édition, dédiée au dramaturge défunt Djamel Bensaber, a été marquée par la présentation d’un spectacle théâtral et musical de Mohamed Amine Chikh, avec la participation du comédien Belalia Bendhahbia et des troupes théâtrales des associations Ould-Abderrahmane-Kaki, Théâtre El Moudja et Théâtre El Ichara.
Lors de cette cérémonie organisée à la maison de la culture Ould-Abderrahmane-Kaki, un film documentaire sur le parcours de l’homme du théâtre Djamel Bensaber, réalisé par Ali Aïssaoui, a été présenté ainsi que des extraits des œuvres de l’homme de théâtre Ould Abderrahmane Kaki.
Hamza Djaballah, représentant de la ministre de la Culture et des Arts, Mme Soraya Mouloudji, a indiqué dans son allocution d’ouverture que «le festival du théâtre amateur est l’une des plus anciennes manifestations culturelles théâtrales, non seulement à Mostaganem et à Alger, mais également en Afrique et dans le monde arabe. Il est digne d’être la vitrine culturelle du rayonnement et de l’authenticité de l’esprit artistique des enfants de la ville qui ont hérité ce legs culturel de génération en génération».
La première journée de cette manifestation culturelle a vu la présentation du premier spectacle théâtral dans le cadre de la compétition, de l’association Mosaïque de la wilaya de Sidi Bel Abbès, ainsi que le lancement d’ateliers de formation au profit de 140 jeunes et d’autres spectacles hors compétition dans le cadre du théâtre de rue.