Vingt athlètes algériens prendront part, dès demain vendredi et ce jusqu’au 2 septembre prochain, aux 17es Championnats d’Afrique de karaté-do (seniors) abrités par Kigali (Rwanda).

L’objectif de nos karatékas sera de décrocher la première place au classement général. Les 20 athlètes algériens dans cette compétition continentale sont encadrés par les entraîneurs nationaux Idir Redouane (kumité/hommes), Youcef Djabellah (kata/hommes), Faïza Zeggaoua (kumité/dames) et Imane Laghouil (kata/dames).
Vingt-deux pays dont l’Algérie sont présents à Kigali (Rwanda) afin de prendre part à ces championnats d’Afrique de karaté-do seniors et juniors (hommes et dames). Il y a lieu de noter que l’Algérie sera absente chez les juniors sans aucune explication des responsables de la Fédération algérienne de karaté (FAK) pour cette absence. Pourtant, trois karatékas de la sélection féminine ont dénoncé, il y a deux semaines, le comportement de la Fédération suite à leur exclusion du Championnat d’Afrique en les faisant remplacer par des jeunes de la sélection «B» ! Il s’agit de Selma Bedja, Kamilia Hadj Saïd et Yasmine Mouloud. Cinq fois championnes d’Afrique, les trois athlètes déclarent être étonnées de voir leurs noms absents de la liste des participants au prochain tournoi pour leur permettre de défendre leurs titres respectifs alors qu’elles sont championnes d’Algérie en titre également.
Elles ne comprennent pas, surtout, le fait de choisir la sélection « B » au détriment de la sélection « A ». De son côté, le président de la Fédération de karaté a répondu par communiqué en indiquant, entre autres, que «la Fédération confirme son soutien à la DTN et ses compétences à sélectionner les athlètes qui représenteront l’Algérie lors des manifestations et tournois internationaux…»
Pour Slimane Mesdoui, «être champion d’Algérie ne veut pas dire que le billet pour les championnats d’Afrique est dans la poche car il y a des critères de sélection que la
direction technique nationale applique et qui ont permis aux karatékas classés 2e et 3e au niveau national, soit ceux de la sélection B, d’être pris».

Objectif : le titre africain pour les Algériens
«Nous avons des athlètes qui ont du potentiel et toutes les qualités pour relever le défi et défendre l’emblème national en terre rwandaise. Certes, ils étaient en manque de compétition mais depuis que l’instance a retrouvé sa stabilité, les choses sont rentrées dans l’ordre », a déclaré le président de la Fédération algérienne de la discipline, Slimane Mesdoui, avant d’ajouter que « Nous allons participer avec l’objectif de dominer le classement général ». Pour le premier responsable de l’instance fédérale algérienne, il faut s’attendre « à une rude concurrence en présence notamment de l’Egypte, du Sénégal, de l’Afrique du Sud et du Maroc. Le niveau promet d’être très relevé. Il y aura 18 titres en jeu et nos représentants vont se donner à fond pour être à la hauteur. »
Par ailleurs, le président de la FAK n’a pas omis de préciser que cette compétition sera une étape de préparation importante pour les jeux Olympiques de Tokyo-2020.
Et toujours selon le président de la fédération algérienne, « la préparation s’est déroulée dans de très bonnes conditions.
Nos karatékas ont participé à plusieurs regroupements avant de prendre part aux Jeux méditerranéens de Tarragone puis au Championnat d’Algérie sans oublier les deux derniers stages bloqués durant ce mois d’Août », a-t-il conclu.
A noter enfin qu’outre le pays hôte le Rwanda, ces joutes continentales enregistrent la participation de l’Algérie, du Nigeria, de l’Egypte, de l’Afrique du Sud, des îles Maurice, du Congo, du Cameroun, du Maroc, du Sénégal, du Burkina Faso, de la Namibie, de la Mauritanie, de la Tunisie, de la RD Congo, du Mozambique, de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, du Botswana, du Ghana, de la Centrafrique et de la Guinée.n

Listes des athlètes algériens engagés :
– Dames : Imane Taleb (kumité/ -50 kg), Widad Draou (kumité/
-55 kg), Chaîma Midi (kumité/ -61 kg), Lamia Matoub (kumité/ -68 kg), Imane Atif (kumité/ +68 kg), Hadj-Saïd Kamilia (kata/ individuel), Amina Merabet (kata/par équipes), Yamina Belabes (kata/par équipes), Sarah Hanouti (kata/ par équipes).
– Messieurs : Abdelkrim Bouamria (kumité/-60 kg), Fayçal Bouakel (kumité/-67 kg), Mouad Achache (kumité/-75 kg), Sami Brahimi (kumité/ -84 kg), Hocine Daïkhi (kumité/+84 kg), Walid Bouabaoub (kumité/par équipes), Belghini Karim (kumité/par équipes), Anis Ahbab (kata/individuel), Mouad Ouites (kata/par équipes), Hakim Haoua (kata/par équipes), Samir Lakrout (kata/par équipes).