Sétif est un cluster de Coronavirus en Algérie. Les derniers chiffres de contamination dans la wilaya de l’Est du pays attestent de la gravité de la situation sanitaire. 1207 cas ont été enregistrés jusqu’à aujourd’hui. La hausse moyenne depuis quelques jours dans la ville d’Aïn El-Fouara est de 40 cas. D’ailleurs, ce mardi, 67 Covid+ se sont ajoutés aux précédents. A partir de là, les gestes barrières et le mesures préventives sont de mises. Cependant, la clinique El Moncef, ne semble pas en faire une priorité. En tout cas, pas dans le service d’imagerie où de graves négligences ont été relevées.

La situation est critique et le temps est plus aux affaires qu’à la lutte contre la propagation alarmante de la Covid-19 dans notre pays. A Sétif, la clinique El Moncef a brillé par son manque de professionnalisme. Le serment d’Hippocrate y est ouvertement et impunément trahi. Face à la transmission inarrêtable de la pandémie, le très prisé (non pas par choix mais à cause du manque d’infrastructures), l’établissement sanitaire privé se retrouve à faire les scanners pour diagnostique le Coronavirus chez les cas suspects.

Salle d’attente bondée de patients (tout ce qui est déconseillé dans le contexte sanitaire actuel) manque d’hygiène, personnel désagréable et consultation bâclée avec des résultats d’imagerie qui tardent à être obtenus (certains attendent jusqu’à 3 jours), des manquements tout simplement inacceptables. Pour gagner plus, les médecins n’hésitent même pas à faire des scanners pour les potentiels Covid+ dans les mêmes salles où des malades atteints de maladies graves (cancer et autres) viennent faire leur tomodensitométrie (TDM) de semestriels et divers examens de suivi. Inadmissible. 

Une sur-blouse pour tout le monde !

Mieux encore, les cancéreux n’ont même pas droit à une sur-blouse personnelle au moment de l’examen. C’est la même blouse pour tout le monde. Quand on sait qu’on paie 13.500DA pour la prestation et qu’on n’a même pas droit à une sur-blouse qui coûte 350 DA et un bonnet de 70 DA unités chez les détaillants, on devine très vite que la priorité est plus le gain plutôt que d’offrir une prestation à la hauteur de la prétention démesurée du professionnalisme et de conscience de cette clinique. 

Pourtant « être à la hauteur de vos attentes » et le « savoir-faire assuré » sont les principales devises comme on peut le lire sur le site. On peut dire qu’offrir un service aussi médiocre sera très difficile. Quant au savoir-faire, il se résume à amasser de l’argent au détriment de la déontologie et la dignité des patients livrés à des opportunistes inconscients. Les pratiques sont mortelles. Les autorités de la Wilaya et le Ministère de la Santé devraient intervenir au plus vite pour mettre fin à la débandade.


M.T.