La crise sanitaire actuelle n’épargne personne. Et surtout pas New York, un des grands foyers actuels de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis. Alors que le confinement y a été décrété depuis plusieurs jours, plus de 38 087 cas et 914 morts étaient à déplorer lundi. Dans ces circonstances graves et exceptionnelles, il a donc été décidé de se servir des grands espaces de la ville, Central Park et le site de l’US Open de tennis dans le Queens, pour soulager les hôpitaux de la région d’après nos confrères américains du Wall Street Journal.
Alors que les structures hospitalières classiques s’occupent en priorité des patients atteints du COVID-19, Flushing Meadows va, de son côté, accueillir un hôpital de campagne d’une capacité de 350 lits pour soigner les autres malades. Le court Louis-Armstrong va servir, lui, exceptionnellement, de grande cantine où seront préparés 25 000 repas par jour pour les personnels de santé mobilisés. La construction de cette structure devrait débuter ce mardi. Un autre hôpital de fortune a déjà été bâti à Central Park, avec 68 lits disponibles en urgence. L’US Navy a également été mobilisée pour faire face à la situation, New York étant une ville côtière : l’USNS Comfort, un navire-hôpital, qui comporte 1000 lits et 12 blocs opératoires, s’occupera également des personnes non atteintes du coronavirus pour permettre aux hôpitaux classiques de se concentrer sur la lutte contre l’épidémie. A un peu plus de quatre mois du début théorique de l’édition 2020 de l’US Open (31 août-13 septembre), la situation est plus que préoccupante outre-Atlantique. Et le monde du tennis prend la part qu’il peut pour éviter une catastrophe humanitaire.