Suite aux deux premiers décès dus au coronavirus en Algérie et la confirmation de nouveaux cas dans des wilayas jusque-là épargnées, une série de mesures ont été prises pour limiter la propagation de ce virus mortel. Partant du principe que «prévenir vaut mieux que guérir», le pays passe, ainsi, à une vigilance extrême, cette dernière devant être accompagnée par une prise
de conscience individuelle et collective afin de passer, avec le moins de dommages possibles, le cap de cette pandémie qui a déjà fauché des milliers de vies.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé arrêté jeudi soir, vingt-six personnes ont été confirmées positives au Covid-19, tandis que deux autres sont décédées, une personne de 55 ans morte jeudi et une autre de 67 ans morte mercredi soir. Cette dernière s’est éteinte à l’EHS de Boufarik et fait partie de la famille dont plusieurs membres sont mis en isolement dans ce même hôpital après leur contamination par deux personnes de leur famille résidant en France qui étaient venues assister à une fête familiale. Le chef de service des maladies infectieuses à l’EHS de Boufarik, le Dr Mohamed Yousfi, a fait savoir, lors d’une conférence de presse jeudi, que le patient décédé souffrait de plusieurs maladies chroniques, ce qui l’a rendu plus vulnérable au virus.
Par ailleurs, à propos des nouveaux cas confirmés positifs au coronavirus apparus depuis jeudi, la plupart concerne des personnes qui sont arrivées en Algérie en provenance de France. Ce qui explique, assurément, la décision des autorités de suspendre ou de réduire, – c’est selon –plusieurs vols d’Air Algérie vers ce pays, et ce, depuis les aéroports de plusieurs wilayas.
Le Directeur général de la prévention au ministère de la Santé, le Dr Djamel Fourar, qui s’est exprimé lors de la conférence de presse co-animée avec Dr Yousfi, a expliqué qu’il y a deux cas confirmés qui ont séjourné récemment en France, l’un est hospitalisé dans la wilaya de Souk Ahras et l’autre à Azazga, dans la wilaya de Tizi Ouzou, cela outre trois nouveaux cas enregistrés à Blida. Le communiqué du ministère de la Santé, diffusé jeudi soir, a fait également état d’un autre nouveau cas importé de France. «Un nouveau cas de contamination a été enregistré dans la wilaya de Skikda. Il s’agit d’une dame qui a été déclarée positive après son retour de France. Elle est actuellement hospitalisée à l’hôpital de Skikda et son état de santé est stable», selon le ministère.
A propos des cas qui étaient mis en isolement dans des hôpitaux, le Dr Fourar a annoncé que «10 cas sur un total de 24 ont quitté l’hôpital», expliquant que «la plupart des cas sont de la même famille issue de Blida» et que «parmi ces cas guéris, 8 étaient hospitalisés à Boufarik et 8 autres à l’hôpital de Mascara».
La propagation du coronavirus à de nouvelles wilayas qui n’étaient pas touchées pose la question de savoir si le pays passe ainsi du stade 1 de l’épidémie au stade 2, sachant que le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, avait déclaré, la semaine dernière, que «l’Algérie passera au stade 2 si l’épidémie se propage à d’autres wilayas». Ce qui est le cas actuellement, sauf que le Pr Benbouzid n’avait pas précisé quel est le nombre qu’on devrait atteindre pour passer au stade 2. Mais à considérer la vigilance extrême qui apparaît à travers toutes les mesures qui ont été prises depuis jeudi, pour faire barrage à la propagation du Covid-19, tout porte à croire que nous y sommes. Il y a eu, en effet, suite aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, la fermeture des établissements scolaires (les trois cycles) relevant de l’Education nationale, ainsi que les universités et écoles de formation professionnelle, en avançant les vacances de printemps d’une semaine, et ce, jusqu’au 5 avril. Des instructions ont également été données au niveau des mosquées. Le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs a fait état, jeudi, de mesures préventives à travers toutes les mosquées pour éviter la propagation du coronavirus, en application des décisions du président de la République et des orientations du Premier ministre. Le ministre du secteur, Youcef Belmadi, a déclaré que des instructions ont été données aux imams pour raccourcir le prêche de vendredi, de même qu’il a lancé un appel à éviter les regroupements dans les mosquées et les espaces mitoyens. Il a également invité les malades chroniques, plus susceptibles d’être atteints, d’éviter de se rendre aux mosquées.
Parmi les autres décisions prises, il y a lieu de noter le report ou l’annulation de plusieurs manifestations à caractère politique, culturel et sportif, comme préconisé précédemment par les autorités du pays, en sus des dernières mesures prises concernant la navigation aérienne. Outre la suspension et la réduction des vols vers la France, l’Algérie et le Maroc ont décidé de suspendre temporairement leurs vols. La même décision a été prise avec les autorités espagnoles. Toutes ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la prévention quoi que cela puisse coûter en termes d’économie. La préservation des vies humaines n’a pas de prix.<