La stratégie industrielle défendue par le ministre du secteur commence à se dessiner. Ayant toujours plaidé pour la mise sur pied d’une « réelle » industrie productive permettant l’exportation, M. Youcef Yousfi veut mener cette mission à bien.

Hier, lors d’une rencontre avec le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale de la République démocratique du Congo, M. Léonard She Okitundu, M. Yousfi a évoqué les moyens de renforcer la coopération bilatérale et notamment les possibilités d’exportation de produits industriels algériens vers ce pays d’Afrique centrale. Il a mis en avant, notamment, les produits de l’industrie mécanique et sidérurgique, comme les bus de la Société nationale de véhicules industriels (SNVI), les produits électroniques et électroménagers, les équipements agricoles et ceux dédiés à l’industrie électrique. Le ministre a souligné, lors d’une audience accordée à M. Okitundu, que la RD Congo pourrait également bénéficier d’une aide algérienne dans le domaine de l’électrification. Ainsi, les deux responsables ont mis l’accent sur cette coopération qui jumellera l’exportation de produits finis et des services, notamment en matière d’expertise. M. Okitundu s’est dit favorable à ces propositions, estimant que l’exportation de certains produits industriels algériens vers son pays constituait une bonne voie de coopération entre les deux pays. Il a d’ailleurs précisé que sa visite en Algérie visait à jeter les bases d’une coopération économique «qui reste jusque-là en deçà des attentes des deux gouvernements». Les deux responsables ont évoqué, également, les relations de coopération entre l’Algérie et la RD Congo notamment dans les domaines économique et industriel, en insistant sur la nécessité de les développer davantage dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant. Ils ont ainsi examiné les voies et moyens d’exploiter concrètement les potentialités de coopération importantes entre les deux pays. Ils ont convenu d’organiser prochainement une mission économique congolaise en Algérie afin d’examiner toutes les potentialités de partenariat entre l’Algérie et la RD Congo et les moyens de les concrétiser sur le terrain. Selon le ministre de l’Industrie et des Mines, «c’est là un avantage pour le pays de se tourner vers l’Afrique qui constitue un marché très important». Il faut souligner dans ce cadre que l’initiative des deux responsables répond à la stratégie du gouvernement qui vise à booster la production nationale par la recherche de nouveaux marchés intéressés par le produit algérien. C’est ce qu’a, également, défendu le ministre du secteur auprès des constructeurs automobiles, en exigeant la «mise sur pied d’une véritable industrie automobile loin du montage avec un réseau puissant de sous-traitants».