Les joueurs « soutiennent massivement » la lutte contre l’injustice raciale au travers de l’initiative consistant à poser un genou à terre avant les rencontres. C’est le message délivré vendredi par l’Association des footballeurs professionnels d’Angleterre (PFA), alors que ce geste a été accueilli par des huées d’une partie du public dans plusieurs stades. Poser le genou à terre avant de jouer pour la lutte contre le racisme, c’est une initiative massivement soutenue par les footballeurs des différents championnats en Angleterre, selon une consultation menée par l’Association des joueurs (PFA). Les équipes de la première à la quatrième division anglaise, dont la Premier League et le Championship, effectuent pour certaines ce geste depuis la reprise des matchs en juin, après l’arrêt provoqué par la pandémie de coronavirus. Le syndicat des joueurs a déclaré qu’il avait consulté ses membres sur la question après que cette initiative a été huée par des spectateurs dans certains stades. La PFA a également accusé l’English Football League, qui supervise les deuxième, troisième et quatrième niveaux du football anglais, de ne pas montrer son soutien. « Alors que la Premier League s’est déjà engagée à ce que les équipes posent le genou pour la durée de la saison, les joueurs de l’EFL se sont retrouvés dans une position difficile après un manque de leadership sur cette question », a assuré le syndicat.

« UN ACTE PACIFIQUE D’UNITÉ »
La consultation comprenait une enquête destinée à toutes les équipes des quatre premières divisions masculines et celles de la première division féminine. « Ce puissant symbole de solidarité représente l’engagement des joueurs dans la lutte contre le racisme et ne constitue pas une approbation d’une quelconque position politique », ajoute la déclaration. « C’est un acte pacifique d’unité qui met en évidence un problème persistant et systémique ». Le directeur du football des Queen Park Rangers, Les Ferdinand, a indiqué qu’il avait le sentiment que le geste s’était « dilué » et qu’il n’était désormais rien de plus qu’une « bonne opération de communication ». Mais la PFA estime de son côté que le soutien continu des joueurs à l’égard du genou à terre oblige les dirigeants des compétitions d’accorder à ce geste symbolique leur plein appui. n