Le Parti des travailleurs (PT) ne sait plus sur quel pied danser concernant l’élection présidentielle. Après le souhait exprimé, vendredi, par la secrétaire générale du parti, Mme Louisa Hanoune, de ne pas prendre part à cette élection, le bureau politique, quant à lui, a décidé de dépêcher une délégation au ministère de l’Intérieur, hier, pour retirer les formulaires de candidature.

Dans un communiqué, rendu public hier, le bureau politique a également annoncé le lancement de la campagne de collecte des signatures. «Pour permettre au comité central, l’instance habilitée à décider, de trancher la question de la présidentielle à partir, exclusivement, des considérants politiques et en dehors de toute pression de quelque ordre que ce soit, le bureau politique a pris la mesure conservatoire de réunir toutes les conditions juridiques et administratives pour ce faire. Des représentants du parti procéderont aujourd’hui (hier lundi, Ndlr) au retrait du dossier de candidature auprès des services concernés au ministère de l’Intérieur », indique le communiqué du PT, qui souligne la position de la secrétaire générale du parti, Louisa Hanoune, sur l’élection prochaine.
«Par-delà la position personnelle de la secrétaire générale, recommandant au Parti de ne pas participer à la prochaine élection présidentielle, le débat sur cette question au bureau politique a fait ressortir les mêmes tendances qui se sont dégagées précédemment dans la réunion du comité central : la participation, la non-participation et une position non tranchée défendue par ceux et celles qui ont considéré que les éléments de la situation politique ne permettent pas encore de le faire», note le document.
Il ajoute : «Cela étant, les trois tendances partagent toutes les mêmes inquiétudes et les mêmes appréhensions sur les processus extrêmement dangereux que peut induire la situation opaque, dans laquelle se prépare cette élection, exprimées par la secrétaire générale dans son allocution devant la presse à l’ouverture des travaux de la réunion du Bureau politique». Les militants seront appelés à entamer l’opération de collecte des parrainages, tout en poursuivant entre eux, dans les structures du parti, et avec les citoyens la discussion ouverte par la direction du parti sur la position qu’elle jugera la plus appropriée à l’égard de la présidentielle, affirme le document posté sur les réseaux sociaux par le député du parti Youcef Ramdane Taâzibt.
Une heure après cette publication, le membre du bureau politique du PT Smaïn Kouadria a posté un message sur son compte facebook qui renforce l’ambiguïté et laisse croire que les divergences internes sur cette question ont atteint des niveaux critiques. «En ma qualité de membre du bureau politique du PT, je précise que le bureau politique n’a pas tranché la question de la participation à la prochaine élection présidentielle. Seul le Comité central est habilité à trancher cette question.» Pour rappel, vendredi, la secrétaire générale du PT a exprimé clairement son souhait de ne pas participer à l’élection présidentielle du 18 avril prochain.
Elle estime que les conditions nécessaires pour la tenue ce scrutin dans de bonnes conditions ne sont pas réunies. Elle est allée dans son analyse jusqu’à afficher des craintes sur l’avenir de l’Algérie. Notons que le PT a participé aux trois dernières élections présidentielles, 2004, 2009 et 2014. En 1999, la candidate du PT a été disqualifiée par le Conseil constitutionnel, par contre en 1995, le parti avait boycotté l’élection présidentielle.<