Poursuivant la série de consultations politiques dans le cadre du projet de révision de la Constitution, le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a reçu, jeudi, une délégation de l’Organisation nationale des enfants de moudjahidine (Onem) conduite par son secrétaire général, M’barek Khalfa.

« Lors de cette audience, la délégation a présenté une série d’avis et de propositions relatives à la révision de la Constitution de façon à garantir la fidélité et la continuité dans la préservation des principes du 1er Novembre et la protection de sa mémoire et de son héritage historique », a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Il a également été question « des efforts à consentir en vue d’adopter une Constitution consensuelle réunissant les conditions de préparer les jeunes afin d’assumer leurs responsabilités dans l’édification de l’Etat, dans un esprit ouvert et imprégné des valeurs nationales fédératrices du peuple », a ajouté la même source.
L’entrevue qu’a eue le premier magistrat du pays avec M. Khalfa est la deuxième avec un représentant de ce qui a été toujours désigné comme un membre de la « famille révolutionnaire », après avoir reçu la semaine passée une délégation de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), conduite par son secrétaire général par intérim, Mohand Ouamar Benelhadj.
Parmi les formations politiques, c’est le président du mouvement El Islah qui a été écouté jeudi par le chef de l’Etat autour du projet de révision constitutionnelle, après avoir reçu la semaine passée, le président du mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, par ailleurs ancien candidat à la présidentielle du 12 décembre dernier dans laquelle il est arrivé juste derrière le candidat vainqueur.
« Lors de cette audience, qui s’inscrit dans le cadre des concertations sur la situation du pays et le projet de révision de la Constitution, auquel un comité d’experts apporte les dernières retouches, la délégation a présenté une série de propositions relatives à la vision du parti pour l’édification d’une République nouvelle fondée sur l’adoption d’une Constitution nationale consensuelle marquant la rupture avec les pratiques du passé », a indiqué un communiqué de la présidence à l’issue de cette rencontre. La même source a souligné qu’il a été également question de « l’impérative révision de la loi électorale en vue de moraliser la vie politique et l’animer selon des règles permettant au citoyen de reprendre confiance dans la crédibilité de l’action politique ».
Ces entrevues avec la classe politique et des représentants associatifs et des organisations dites de masse interviennent alors que la copie des experts devrait être présentée ces jours-ci, si l’on se fie aux déclarations de Mohamed Laâgab, chargé de mission auprès de la présidence de la République.
Ce dernier avait indiqué, le 1er mars à M’sila, que «le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a prévu de s’entretenir, lors d’une réunion prévue à la fin de la semaine en cours, avec le comité d’experts chargé de la révision de la Constitution», ajoutant qu’il « sera procédé, par la suite, à l’impression de la première mouture de l’avant-projet de loi ». M. Laâgab avait indiqué, par la même occasion, qu’avant de rencontrer le Président, le comité d’experts que préside Ahmed Laraba avait commencé à «recevoir les présidents des institutions constitutionnelles, à l’image de l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, pour avis et consultations, étant donné que la lutte contre la corruption figure parmi les priorités dans l’élaboration de la nouvelle Constitution ».<