C’est parti, depuis hier, pour les consultations qu’a décidé d’engager Abdelmadjid Tebboune avec les dirigeants des partis politiques et les représentants des indépendants, vainqueurs aux législatives du 12 juin dernier pour la formation du prochain gouvernement.

Par Feriel Nourine
Lesquelles consultations ont été annoncées, faut-il le rappeler, jeudi, après la présentation par Abdelaziz Djerad de la démission de son gouvernement, au lendemain de la proclamation des résultats définitifs de ces législatives par le Conseil constitutionnel. Djerad était en poste depuis fin décembre 2018. Il a été chargé par le président de la République de vaquer aux affaires courantes du pays.
Le bal des consultations a été ouvert hier par la présence au siège de la présidence de la République d’une délégation composée de membres du Bureau politique du Front de libération nationale (FLN), conduite par le secrétaire général du parti Abou El Fadl Baadji. Elle a été suivie par une autre, comptant quant à elle des représentants des futurs députés indépendants.
Ces deux délégations représentaient les deux blocs classés premier et second en nombre de sièges remportés aux législatives menant à la neuvième législature du pays, selon le même verdict du Conseil consultatif, avec 98 sièges au profit du FLN et 84 pour les indépendants.
Autrement dit, les consultations se font selon l’ordre des résultats officiels, comme l’avait déjà précisé la présidence de la République en annonçant leur programmation. Dans cette logique, les deux premières forces politiques du pays seront relayées à El Mouradia par le Mouvement pour la société et la paix (MSP), classé 3e avec 64 sièges remportés, puis le RND (58 sièges), le Front el Moustakbel (48 sièges) et le mouvement El Bina (39 sièges), alors que les autres formations politiques figurant sur la liste de la prochaine Assemblée populaire nationale ont obtenu entre trois et un siège chacune.
Après sa rencontre avec le premier responsable du pays, le secrétaire général du FLN s’est exprimé, dans une conférence de presse, pour faire savoir que «le président de la République nous a fait une proposition pour participer au prochain gouvernement». A la question posée par un journaliste de savoir si M. Tebboune a proposé le poste de Premier ministre à son parti, Abou El Fadl Baadji a répondu «non», soulignant que les consultations n’en sont qu’à leur entame et que les contacts allaient se poursuivre entre les deux parties. Cependant, «la désignation d’un Premier ministre relève des prérogatives du Président et, selon la Constitution, il n’est pas obligé de le choisir dans un parti politique», a rappelé l’intervenant. Lequel n’hésitera pas, toutefois, à avancer que «le FLN aura le plus grand nombre de postes au gouvernement, parce qu’il a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections».
Concernant sa perception de la composante du futur gouvernement, le même responsable considère qu’ «on aura un gouvernement politique imposé par les résultats du scrutin». «Ce qui est naturel, et à l’instar de tous les pays du monde où les gouvernements sont dirigés par les partis victorieux à ce type d’élections», fera-t-il remarquer, ajoutant que ces partis auront une responsabilité politique et qu’ils seront chargés de défendre le programme appelé à être mis en place par le gouvernement.
Pour sa part, la délégation des indépendants reçue hier par M. Tebboune était conduite par Abdelwahab Aït Menguelet, P/APC de Tizi-Ouzou, où il a conduit une liste indépendante dans une circonscription électorale où le taux de participation n’avait pas atteint 1 %. «Nous avons eu une rencontre avec le président de la République M. Abdelmadjid Tebboune qui nous a mis à l’aise et était attentif à nos propositions», a indiqué Abdelhamid Belakhel au nom de la délégation des indépendants, dans une déclaration à la presse au terme de l’audience.
Il a souligné que M. Tebboune était «au fait de tout ce qui se passe dans notre cher pays», précisant avoir perçu chez lui une volonté de «cristalliser toutes les réformes qu’il avait promis d’engager, à commencer par les dernières législatives jusqu’aux points inscrits à l’ordre du jour de son programme présidentiel».
Après avoir affirmé que le dialogue avec le Président de la République avait porté sur «les aspirations de la société algérienne qu’elle désire atteindre via les assemblées élues», le représentant des indépendants a fait savoir que M. Tebboune a promis de veiller à «la mise en œuvre de tous les points inscrits au titre de son programme pour une Algérie nouvelle». La délégation des indépendants comprenait Ali Mounsi, Saker Berri, Abdelhamid Belakhel, Benaouda Betahar El-Hadj, Abdelkader Kouri et Mme Fatma Bida.
A noter que les audiences accordées au FLN et aux indépendants se sont déroulées chacune en présence de Noureddine Bardad-Daidj, directeur de cabinet à la Présidence de la République, Mohamed El Amine Messaid, Secrétaire général de la Présidence de la République, et Boualem Boualem, conseiller auprès du président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires. <