Le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a présidé, jeudi dernier à Bou Haroun (Tipasa), la cérémonie de sortie du premier catamaran fabriqué en Algérie par la société mixte algéro-française Piriou Algérie.

Après la voiture algérienne, c’est au tour des catamarans. En effet, le premier catamaran fabriqué en Algérie est sorti du chantier naval de Bou Haroun, jeudi dernier. Pour marquer l’évènement, le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a fait le déplacement sur les lieux. Lors de son intervention, le ministre dira que «ce chantier naval fera économiser au pays des importations de navires payées chèrement en devises». Soulignant que «ce projet offre une réponse locale à la forte demande sur les catamarans». Selon lui, «le secteur a besoin à moyen terme de 190 catamarans destinés à l’aquaculture marine».
Le catamaran, fabriqué par la société mixte algéro-française Piriou-Algérie, a été construit pour le compte de Zellal Mohamed, un investisseur de la wilaya de Chlef, pour un coût de 61,6 millions de dinars seulement contre 500 000 euros en moyenne pour l’acquisition du même navire à l’étranger.
«L’entretien et la maintenance seront assurés par la société constructrice et cela me fera économiser du temps et des devises puisque la maintenance se faisait jusque-là à l’étranger», a fait savoir l’investisseur. Le groupe a été créé en janvier 2015 entre le groupe français Piriou et le Chantier de construction et réparation navale de Bouharoun – CCNBH – ex Ecorep, filiale du groupe mécanique AGM. Il se lancera prochainement dans la fabrication sur le site de Bou Haroun d’une nouvelle gamme d’embarcations de pêche et de servitudes portuaires (remorqueurs), en acier et en aluminium.
Cette gamme est composée de trois principales familles d’embarcations de taille allant de 16 à 40 mètres, ont expliqué les responsables du CCNBH. Il s’agit de navires de pêche et d’aquaculture marine, de remorqueurs, de barges de maintenance et antipollution en plus d’embarcations de 5 à 12 mètres en fibre de verre. A titre d’exemple, la Sonatrach s’apprête à faire plusieurs commandes auprès de la CCNBH-Piriou pour la construction d’un navire remorqueur, pour un montant de 423 millions de dinars, d’un bateau de maintenance en acier d’un coût de 1,46 milliard de dinars et d’une barge antipollution en acier pour 1,13 milliard de dinars. Par ailleurs, la construction d’embarcations en acier, actuellement importées, permettra de réaliser un taux d’intégration de 40% (hors moteur) dès la première année pour atteindre 70% avec l’utilisation de moteurs marins de fabrication locale. Piriou-Algérie assurera également la réparation, l’entretien et la maintenance du parc d’embarcation de pêche au niveau national dès le deuxième semestre de 2018. Elle prendra aussi en charge les arrêts techniques des embarcations et remorqueurs. F. D.