Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, en visite hier dans la wilaya de Tipasa, a confirmé que l’avis d’appel d’offres international pour la construction de deux nouvelles stations de dessalement d’eau de mer devant assurer l’alimentation en eau potable (AEP) des wilayas d’Alger et d’El Tarf sera lancé en juillet.

« Une intervention du Gouvernement est nécessaire pour trancher au sujet de l’assiette affectée à ce projet vital, pour lequel un foncier agricole a été sélectionné dans la commune de Fouka, dans la wilaya de Tipasa, concernant la station d’Alger », a indiqué le ministre dans un point de presse animé en marge d’une visite de travail dans la wilaya, signalant que le Gouvernement a déjà donné son accord pour la réalisation de deux autres stations à Skikda et à Béjaïa. Ces deux projets, inscrits depuis 2010 au titre du programme présidentiel portant réalisation de 13 stations de dessalement d’eau de mer, à l’échelle nationale, « ne sont toujours pas lancés en travaux », a-t-il fait savoir. Aussi, M. Guitouni a relevé, à ce propos, l’importance stratégique de la station de dessalement de Skikda, qui devra assurer l’approvisionnement en eau du projet du Complexe de production de phosphate de la wilaya, englobant quatre stations de traitement du phosphate, et une ligne ferroviaire pour relier Skikda à Tébessa. Les projets de stations de dessalement d’El Tarf et d’Alger ont été décidés par le gouvernement au lendemain d’un été 2017 particulièrement houleux, plusieurs wilayas ayant vécu au rythme de manifestations de rue à cause du manque d’eau dans les robinets. Une réunion de coordination avait même été ordonnée entre les ministères des Ressources en eau et de l’Energie pour définir les modalités de réalisation des deux usines de dessalement d’eau de mer, d’une capacité de 300 000 m3/j chacune. L’une à Echatt, dans la wilaya d’El Tarf, et une autre à Zéralda, la wilaya Alger.  Elles seront réalisées en mode BOT (Build Operate and Transfer), ce qui signifie «Construire, Exploiter et Transférer» sous la conduite d’Algerian Energy Compagny (AEC), filiale de Sonatrach et de Sonelgaz qui gèrent déjà 11 stations à travers tout le pays. Afin de mener à bien ces deux projets, les deux ministères ont décidé de mettre en place un comité de pilotage, composé des cadres des deux secteurs, chargé d’élaborer une feuille de route définissant les différentes étapes de la réalisation des deux projets avec un calendrier de réalisation.
Pour rappel, le programme de dessalement, mis en œuvre à partir de 2003, prévoit la réalisation de 13 stations d’une capacité nominale totale de 2,31 millions de m3/j, ce qui représente près de 850 millions de m3/an, pour desservir une population côtière de 8 millions d’habitants. A ce jour, 11 stations ont été réalisées et mises en service pour une capacité de 2,1 millions de m3/j, soit un volume de 770 millions de m3/an représentant 17% de la production nationale d’eau potable
S’agissant de l’approvisionnement en énergie électrique, durant la prochaine saison estivale, le ministre a dévoilé l’existence d’un plan d’action « Spécial-été », en passe d’être mis en œuvre par la Sonelgaz, en vue de la bonne prise en charge des pics de consommation énergétique  enregistrés entre le 15 juillet et le 15 août. M. Guitouni, qui s’est félicité du plan mis en place par la wilaya de Tipasa en perspective de la saison estivale, a souligné, à l’occasion, la mobilisation de 90 000 agents Sonelgaz à l’échelle nationale pour l’entretien du réseau, à toute heure, et dans des conditions parfois « difficiles » et « exceptionnelles ».