Ils étaient des centaines, voire des milliers, à accompagner le professeur Yahia Guidoum à sa dernière demeure. Tous ont tenu à rendre hommage au médecin des pauvres, au médecin qui a laissé une empreinte indélébile dans le domaine de l’orthopédie d’où des compétences incontestables ont vu le jour.

La foule impressionnante était composée essentiellement des médecins, des employés du corps médical, des anciens malades, des anonymes, des officiels de la ville de Constantine, et surtout les nombreux élèves du professeur Guidoum. Parmi eux, le professeur Mahjoub Bouzitouna, actuellement doyen de la faculté de médecine et chef de service de la chirurgie orthopédique au CHU de Constantine.
Très affecté, mais conscient de l’irréversibilité de la mort, le professeur Bouzitouna nous dira que « Guidoum était mon enseignant, mon professeur, mon ami, mon frère. Moi et beaucoup de mes confrères devons beaucoup à cet homme exemplaire, exceptionnel, un homme comme on n’en fait plus. Il était aussi compétent qu’humble, l’ami des pauvres. Le vide qu’il a laissé depuis qu’il a quitté Constantine en 1994 n’a pas été comblé, et ne le sera jamais, tout comme le vide qu’il a laissé au sein de la médecine algérienne, aussi ». Natif de Oued Seguène il y a 79 ans (et non de Constantine ou d’El Eulma comme l’affirment certains), anciennement wilaya de Constantine, wilaya de Mila depuis 1980, à une vingtaine de kilomètres de Constantine, Yahia Guidoum a fait son cursus essentiellement à l’ex-lycée Albertini à Sétif, actuellement Malika Gaïd. Pour ses études supérieures en médecine, il viendra à Constantine qui deviendra sa ville d’adoption, et même sa ville… natale. Au sein du CHU de Constantine, le service d’orthopédie sera identifié au professeur Guidoum, un service qui deviendra pour tous les malades de l’Est algérien, et même de beaucoup d’hommes politiques algériens, le
« service Guidoum ».
En 1994, il quittera Constantine pour aller tenter une carrière politique au sein des gouvernements de Ouyahia, sous l’étiquette du RND où il était un cadre de la première heure, et sera ministre de la Jeunesse et des Sports mais aussi et surtout celui de la Santé.
A l’annonce du décès du Pr Yahia Guidoum, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, n’a pas tardé à adresser un message à la famille du défunt leur présentant ses condoléances les plus attristées. Pour sa part, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, soulignera
« sa profonde émotion et sa grande affliction à la triste nouvelle du décès de l’ancien ministre ». Les ministres de la Santé et du Travail du gouvernement Djerad étaient présents parmi la foule impressionnante qui a suivi le cortège de « Yahia », comme tout le monde l’appelait, à sa dernière demeure, le cimetière de Zouaghi, Constantine.<