On attendait avec une certaine curiosité la première session ordinaire de l’APC de Constantine sous la bannière FLN, à une écrasante majorité, puisque le parti cher à Ould Abbès a eu la majorité absolue avec 25 sièges décrochés.

Cette majorité s’est déclinée avec l’octroi des dix antennes communales que compte le chef-lieu à des élus du FLN, trois vice-présidences toujours au FLN, plus une pour le RND et une autre au parti Islah. Néanmoins, ce seront les nominations, tant attendues des différentes commissions de l’APC qui seront approuvées par 33 voix, une large majorité. Consensus atteint, sauf pour un élu du RND, Bousbaâ Nabil, un habitué des travées des différentes assemblées, en tant qu’ancien élu. «C’est une cabale contre le RND un parti très bien structuré. Mais je constate qu’il n’a rien eu, ni commission ni antenne communale», dira-t-il en substance pendant la session de l’APC.
A la fin des travaux, il ne s’empêchera pas de fustiger le président de l’APC, Nadjib Arab, FLN bien sûr, ni ses pairs du RND qu’il qualifiera de «novices». Tous les présents se demanderont d’ailleurs pourquoi le son discordant n’est venu que d’un seul élu RND, et que le vice-président aux couleurs du même parti, Bensari en l’occurrence, n’ait opposé aucune réserve et votera les résolutions proposées par le P/APC. «L’opposant» qualifiera ce dernier comme un élément de «vengeance» contre le RND, sans qu’il n’en donne les raisons. «Nous avons fait des alliances avec le FLN au sein des autres communes, mais celle de Constantine n’a rien voulu céder. Le RND n’a eu que trois commissions qui n’ont aucune incidence sur la gestion de l’APC. Nous allons saisir le bureau national du RND et du FLN, en plus du wali de Constantine sur les agissements du P/APC», continuera-t-il.
Un autre élu «novice» du RND nous confiera, en aparté, que des tractations abouties ont bien eu lieu avec le FLN, et on s’est mis d’accord sur tout. Quant à «si» Bousbaâ, il est contrarié parce qu’il veut tout gérer, de par son «ancienneté», et surtout du fait qu’il «était lors de son dernier mandat à la tête de l’antenne de Sidi Mabrouk, et que cette fois il n’a pas décroché de poste de responsabilité».
Nadjib Arab, le P/APC que nous avons rejoint en son bureau reste serein. «Nous avons proposé au RND une vice-présidence et quatre commissions en plus d’une représentation au sein des conseils d’administration des Epic de la commune de Constantine. Je pense qu’on a été équitable. Et si un membre du RND des élus APC Constantine n’est pas d’accord, c’est le problème de son parti et non du maire de la ville. Tout ce qui a été proposé et convenu a été mis sur P.V. Le reste ne sera jamais mon problème.» Le P.V. en question, signé par six des dix membres du RND de l’assemblée communale, dont une copie est en notre possession, désigne M. Bencheikh-Lefgoun Mohamed Saïd comme «seul représentant et interlocuteur du RND auprès de l’APC de Constantine». Est-ce une façon de disqualifier le frondeur-maison ou est-ce une manœuvre du RND pour avancer à visage masqué ? L’avenir nous le dira.
Le chef de daïra avec qui nous avons conversé dans le bureau du P/APC minimisera «l’incident», tout en lançant un appel aux élus, par le biais de nos colonnes pour «qu’ils cessent de faire de la politique au sein des assemblées et de se mettre au travail pour mériter la confiance placée en eux par les électeurs».