Finalement, ce que craignaient les agriculteurs de la wilaya de Constantine s’est avéré juste : les capacités de stockage de légumes secs et de blés, surtout, sont insuffisantes pour emmagasiner toute la production constantinoise. Encore une fois, Constantine s’est révélée leader de la production des « céréales d’hiver », les lentilles, et a sensiblement augmenté sa production, faisant baisser le prix de la précieuse céréale depuis trois ans. Pour le blé, dur et tendre, Constantine, avec les plaines de Aïn Abid et les collines de Beni H’midène, a toujours flirté avec l’excellence quand il s’agissait des céréales.

Et hormis une seule saison, lors de ces dix dernières années, l’antique Cirta a toujours fait partie du Top Five dans la production des blés. Mais les capacités de stockage n’évoluant pas au même rythme que la production, des agriculteurs avaient émis des doutes, la semaine dernière sur ces mêmes colonnes, sur le nombre de silos à même d’entreposer leurs récoltes. Le directeur avait alors tranquillisé les « fellahs » en déclarant que la capacité de stockage de deux millions de quintaux était satisfaisante et que « plusieurs wilayas allaient solliciter Constantine pour un coup de main, que les 15 points de récoltes des productions céréalières étaient largement suffisants, et que les queues devant les silos allaient finir », faisant un tacle aux autres wilayas, en déclarant « qu’ailleurs les queues duraient plus de quatre jours ».
Mais la réalité du terrain a fini par le contredire à travers les files de camions et de tracteurs interminables, sur plus de 1,5 km, à proximité des silos de Aïn Abid, avec duplication des faits à Khroub, et ce, depuis plus de… cinq jours !
800 000 quintaux de capacités virtuelles
Le directeur de l’agriculture de la wilaya, M. Ghediri, tiendra un autre langage envers les producteurs de blé en promettant d’envoyer une première partie de leur production, 30 000 quintaux vers les silos de la wilaya de Sétif, alors qu’il affirmait, il y a une semaine, que Constantine était sollicitée par d’autres wilayas pour ses capacités de stockage ! « Où sont les deux millions de quintaux des capacités de stockage annoncés à chaque fois en grande pompe par les autorités agricoles de la wilaya », nous dira un agriculteur excédé par une attente devant les silos depuis trois jours. « Maintenant, on nous déclare que les capacités de stockage, tant vantées, sont saturées mais seulement à hauteur de 1,2 million de quintaux. Où sont passées les 800 000 autres quintaux de stockage ? Ont-elles vraiment existé un jour ? » Du côté de la direction de la DSA, les chiffres annoncés ne sont pas démentis. Ils sont mêmes approuvés à demi-mot. En attendant, les agriculteurs, qui ont été briefés une première fois pour « la patience et la compréhension », ne décolèrent pas. « La DSA nous a tous contactés pour que nous ne mettions pas notre production dans des sacs, mais de l’apporter en vrac pour faciliter l’opération d’ensilage. C’est ce que nous avons fait. Mais, aujourd’hui, on nous demande de le faire pour pouvoir l’envoyer vers d’autres wilayas. De la perte de temps et d’argent, sachant que plusieurs producteurs de céréales ont laissé leur blé sur les champs ne sachant plus s’il fallait le mettre dans des sacs ou non, car chaque jour il y a une nouvelle directive », nous dira encore notre interlocuteur. Et cette fois, le DSA promet mordicus que les longues queues ne seront plus à partir du… 20 juillet, et que chaque livraison, à partir de cette date se fera dans la journée même. En attendant, blé et lentilles sont en « jachère », et les producteurs en attente d’une solution pour que les efforts de toute une saison ne partent pas à-vau-l’eau. n