Les Directions du tourisme, de la jeunesse et des sports, du logement et de l’action sociale et de la solidarité sont, entre autres, les « échantillons » de tout ce qui ne va pas entre le Syndicat national algérien des personnels de l’administration publique (Snapap) et quelques directions au niveau de la wilaya de Constantine, selon son secrétaire général du bureau de wilaya de Constantine, Amar Boureghda.

 

Ce dernier a prévenu jeudi d’organiser des sit-in devant le Cabinet du wali, c’est à la mode, pour confirmer le comportement de quelques directeurs de l’exécutif qui insistent à ne pas estimer le pluralisme syndical. « Trop, c’est trop, nous sommes là pour le bien du travailleur de l’administration, comme essayent de le faire d’autres syndicats. Mais plusieurs directions continuent de faire le déni à notre égard. Ça n’a que trop duré, et dorénavant, nous allons renforcer nos actions et faire entendre notre voix. Et pour cela, nous n’hésiterons pas à agencer une grève générale au niveau de toute la wilaya.» Le représentant du Snapap a agité cette bravade au cours de la conférence de presse tenue avant-hier en son bureau pour relater les entraves auxquelles font face les membres de son syndicat. Le secrétaire général de wilaya du Snapap accusera nommément, par exemple, le directeur de l’Office du parc omnisports de la wilaya (Opow) et lui reprochera d’avoir une dent contre le syndicat qu’il refuse de recevoir et de reconnaître, et d’avoir, en parallèle, conçu une autre section syndicale rattachée à l’UGTA pour l’opposer à son organisation. Les griefs ne s’arrêtent pas là, selon M. Boureghda, mais continuent avec les intimidations des adhérents de son syndicat pour les « persuader » à rejoindre le syndicat rival, en même temps que des menaces de blocage dans leurs carrières, ou carrément des licenciements. « Ce responsable a bloqué notre syndicaliste en suspendant son salaire. Pour nous, c’est simple, si cette décision n’est pas annulée, nous allons nous manifester bruyamment devant l’OPOW, en compagnie de plusieurs syndicalistes des autres régions.» Pour l’habitat, il résumera les problèmes du nouveau directeur de wilaya qui refuse, selon lui, « de discuter pour examiner les nombreux problèmes que vivent les travailleurs et les cadres de la direction du Logement ». Le secteur du Tourisme n’est pas en reste puisque deux protestas ont été organisées, il y a quelques semaines, « car le directeur s’entête à tenir les portes du dialogue closes avec notre syndicat. » Pour la direction de la DASS, « les travailleurs font face à des contraintes de la part de l’administration qui veut les contraindre à rejoindre un autre syndicat », toujours selon les dires de M. Boureghda. Pour clore sa diatribe, le secrétaire général du Snapap a réitéré sa disposition au dialogue et à exposer toutes ces doléances au wali pour l’exhorter « à intercéder auprès de ces directeurs de l’exécutif afin de les obliger à cesser les intimidations envers les travailleurs affiliés au syndicat. » n