Vingt ans de présence en Algérie, les laboratoires Lilly ne cessent de s’impliquer dans le traitement de plusieurs pathologies, dont le diabète, pour lesquelles le laboratoire américain s’affirme de plus en plus.

Voulant faire de « l’éducation thérapeutique », le service de pédiatrie du CHU de Constantine a vécu un moment intense d’émotions la semaine dernière. Le laboratoire américain Lilly a, en effet, offert un espace de jeu et de détente aux enfants hospitalisés, une salle d’éducation thérapeutique. Cet espace, au sein même du service de pédiatrie, se veut ludique, informatif et scientifique en même temps. Oughlis Doria, la directrice Afrique du Nord, s’est déplacée à Constantine pour l’évènement et n’a pas manqué de féliciter les responsables du CHU de Constantine et de la pédiatrie « d’avoir ouvert leurs portes pour que le laboratoire participe à l’éducation sanitaire des enfants diabétiques hospitalisés ». Elle ajoutera que « le diabète, s’il est réellement pris en charge, ne constituera pas une maladie en soi, vu que des traitements de plus en plus efficaces et moins contraignants sont mis régulièrement sur le marché ». La professeure Bouderda Zahia, une figure emblématique de la pédiatrie au sein du CHU de Constantine, ne tarira pas d’éloges et de remerciements les laboratoires Lilly et sa représentante, tout en soulignant « que la santé publique, bien que reconnaissante aux gestes de plusieurs laboratoires, se doit de garder sa souveraineté. Mais je tiens à saluer ce geste envers nos jeunes malades qui auront, dorénavant, un petit espace de détente et de prévention ».
Il faut savoir que l’espace en question comprend plusieurs figurines de fruits et légumes en simili pour éduquer l’enfant sur l’alimentation d’un sujet diabétique. A signaler, aussi, que les laboratoires Lilly, grands spécialistes dans le monde du médicament pour diabétique et cancéreux, multiplient depuis quelque temps des actions caritatives avec un but d’apprentissage et de prévention, comme le soulignera Oughlis Doria, la directrice Afrique du Nord, dans l’entretien qu’elle a bien voulu nous accorder.