Ça y est. La convention accord-cadre de partenariat entre l’Ecole nationale supérieure de biotechnologies de Constantine (ENSB) et le groupe pharmaceutique HUP Pharma a été apostillée, lundi, par les responsables des deux entités. Le Directeur de l’ENSB, Khelifi Douadi, et le PDG de HUP Pharla, Belhadj-Mostefa Toufik, ont paraphé le document qui stipule que, dorénavant, se développera entre leurs institutions une coopération d’ordre technique, scientifique, pédagogique et/ou administrative. Pour être plus simple, le laboratoire de médicaments humains HUP Pharma s’engage à prendre en charge, par le biais de bourses et de stages à l’entreprise ou chez les partenaires étrangers de HUP, les majors de troisième année, de cinquième et les doctorants pour des recherches communes et échanges de know-how. «Les élèves pourront dès la troisième année venir chez nous, au sein des onze unités dont dispose HUP, ainsi que les doctorants, pour se familiariser avec le travail sur terrain. Nous pourrons même orienter ces mêmes élèves vers les recherches pour le développement de notre entreprise. Forts de leur formation au sein de l’ENSB, ceux qui seront nos futurs chercheurs et scientifiques, pourront s’intégrer dans le moule du travail à l’entreprise et seront mis en situation réelle de pratique opérationnelle.
«Bien sûr, au bout des stages, études et formations, les élèves feront partie de l’organigramme de HUP. Ils seront le fer de lance futur de HUP qui ambitionne, encore et toujours, d’être à la pointe des nouvelles technologies dans le domaine du médicament.» Des propos empreints d’espoir pour le PDG de l’une des plus grandes et des plus importantes entreprises de médicaments humains, malgré son âge juvénile qui flirte à peine avec les treize printemps.
De son côté, le toujours souriant Khelifi Douadi, l’hôte de l’accord-cadre à l’intérieur des murs de son école, plane aussi sur un nuage. Il nous dira que «bien que l’ENSB n’est qu’à sa septième année de sa création, des entreprises internationales comme HUP s’intéressent aux résultats de nos efforts. Avec HUP, je suis tranquille pour mes élèves. Ils auront un boulot garanti au sein d’une entreprise florissante et tournée vers l’avenir. On recherchait l’excellence, je crois qu’entre l’ENSB et HUP, ça va se faire. Notre école, ses enseignants et ses élèves ont prouvé déjà que l’on pouvait compter sur eux dans la bataille du développement des biotechnologies. La preuve est notre aide technique et humaine à l’institut Pasteur pour la lutte contre la Covid-19.» La convention signée entre les deux partenaires pour une période variant de 5 à 10 ans, renouvelable bien sûr, si plus «d’affinités», concerne 10 à 15 élèves par cycle, sinon plus si la cuvée est bonne.
Pour rappel, et brièvement, l’ENSB s’étend sur une surface de 3 ha au sein de la gigantesque université Salah-Boubnider, Constantine 3, et dispose d’une vocation nationale, étant unique en son genre en Algérie. Elle forme des ingénieurs et des masters dans des domaines aussi nombreux qu’éclectiques comme les bioprocédés industriels, les biotechnologies pharmaceutiques et parapharmaceutiques, les biotechnologies cellulaires et moléculaires, les biotechnologies végétales, les biotechnologies de l’environnement et le management. L’ENSB assure aussi des doctorats pour ses élèves.
Quant à HUP, Human Product Pharmaceutical, située dans la zone censée être industrielle, Palma, à Constantine, elle garantit une très large variété de gammes de médicaments sous toutes ses formes, du liquide au solide en passant par le lyophilisé et autres concepts qui n’ont plus de secret pour le personnel de l’entreprise. Elle dispose aussi de laboratoires de recherches et d’une entreprise de distribution pour être au diapason des attentes de sa clientèle. HUP Pharma, et dans son combat contre la Covid-19, est passée à la production de masques chirurgicaux, du zinc, Zinc+Vitamine C, du gel hydro alcoolique, à des prix très concurrentiels. Et, cerise sur le gâteau, elle vient de lancer sur le marché, après accord du ministère de tutelle et de l’institut Pasteur, des kits de prélèvement PCR en milieux de transport Viro Kit, et des tests rapides antigéniques nasopharyngés. Les kits des résultats des analyses sont en cours de production. Nous y reviendrons.