Après un mois de jeûne et d’abstinence, la célébration de l’Aïd El fitr, marquée cette année par le confinement partiel dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19) est inédite. Les rues à Constantine comme partout ailleurs dans le pays, offrent dimanche après-midi, un décor fantomatique, et les enfants qui ordinairement, parés de leurs plus beaux habits, apportaient une touche de gaieté dans la ville ont manqué au rendez-vous. La ville confinée, beaucoup de Constantinois ont dû se remettre aux outils numériques et aux nouvelles technologies pour échanger leurs vœux et se souhaiter une joyeuse fête de l’Aïd. Ainsi, les plateformes d’appels et de visioconférences et les réseaux sociaux sont en cet Aïd, les incontournables pour maintenir le lien social avec les proches. Pour Mohamed B, l’épidémie du coronavirus a changé les mentalités les plus endurcies. «Je ne suis pas un accro des réseaux sociaux, mais pour cet Aïd, j’ai fait des prouesses et j’ai partagé les vœux de bonheur avec toutes les personnes qui me sont chères, parents et amis». Et d’ajouter : «j’ai opté pour la sécurité, la mienne et celle de mes proches dans cette conjoncture spéciale».
Amine L. de son côté, relève : «J’ai souvent pensé que l’utilisation des technologies digitales diminuent les liens avec les proches mais j’avoue qu’en cette conjoncture, ces technologies ont perpétué le contact». C’est ainsi que des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, ont été submergés par des messages de vœux rédigés par des personnes de tous horizons et de tout âge, en arabe en français et en tamazight pour souhaiter bonne fête partageant également sur le web des photos et des vidéos dépersonnalisées. Pour cette fête inédite, la célébrissime chanson du regretté maître du hawzi Abdelkrim Dali, «Mezzyanou nhar el youm, Saha Aidekoum», celle qui annonce la fête de l’Aïd El Fitr comme celle Aïd El Adha a été revisitée. L’humour et l’autodérision étaient au rendez-vous en cet Aïd et un nouveau couplet a été inséré, pour la conjoncture, et donne «Mezzyanou nhar el youm, Cheddou byoutekoum» pour reprendre en musique et dans la bonne humeur le hashtag «Saha Aidkoum», «restez chez-vous». De l’avis de plusieurs internautes croisés sur l’espace bleu, la version 2020 de «Mezzyanou nhar el youm» est le vœu le plus partagé sur la toile. «La chanson revisitée, résume tellement bien la situation et rappelle les consignes de prudence à adopter pour endiguer l’épidémie du Covid-19», souligne encore Amine. <