Encore une saisie record de médicaments destinés à un usage hallucinogène. Cette fois la palme revient à la Sûreté de Khroub qui a mis la main sur une bande spécialisée dans la falsification, utilisation frauduleuse et contrefaçon de registres de commerce concernant des pharmacies fictives. La police judiciaire avait reçu des informations « sûres » faisant état d’un groupe de personnes activant au sein de la wilaya de Constantine et en dehors, qui
« travaille » dans la commercialisation de médicaments pour un usage hallucinogène. L’enquête, entamée au mois de janvier, a été bouclée en un temps record, à peine 15 jours, et a permis de découvrir le pot-aux- roses et de mettre fin aux agissements de tous les membres de la bande, au nombre de six, dont l’âge est de 30 à 48 ans, et parmi lesquels figurent deux femmes. Cinq personnes seront arrêtées au niveau de la wilaya déléguée Ali-Mendjeli et la sixième au niveau de la commune de Aïn S’mara, à 10 km du chef-lieu de wilaya. L’opération a permis de saisir 42 000 capsules, la plupart de la Prégabaline, sous le nom commercial du tristement célèbre Lyrica, 150 et 300 mg, une camionnette Ford Transit, une Golf 7, et une Nissan Micra. Une somme importante d’argent, « qui provient probablement des ventes des produits hallucinogènes, a été aussi saisie », mais le communiqué de la cellule de communication de la Sûreté nationale de Constantine n’a pas donné le montant. Des plaques d’immatriculations, fausses probablement aussi, et des autocollants de sociétés fictives ont été séquestrés, de même que du matériel informatique qui aurait servi à la contrefaçon des documents relatifs à des pharmacies inexistantes et des registres de commerce. A signaler qu’en seulement une semaine, la Sûreté nationale de la wilaya de Constantine a mis hors d’état de nuire trois bandes qui activaient dans le domaine de la vente illicite de médicaments destinés à usage hallucinogène. 53 000 capsules et comprimés seront saisis et les auteurs des crimes arrêtés et présentés devant le Procureur de la République, où ils répondront prochainement de leurs méfaits.<