Plus qu’un mois avant le Ramadhan et son rituel d’afflux aux étals et de flambée des prix. Afin d’y parer, jeudi dernier devant les députés de l’APN, le ministre du Commerce a annoncé l’installation d’une « commission mixte ». Kamel Rezig a expliqué qu’elle se chargera du « suivi de l’approvisionnement régulier du marché en produits de large consommation ». Il a précisé que la commission installée comprend l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), l’Office national interprofessionnel du lait et des produits laitiers (Onil) ainsi que l’Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (Onilev). Elle compte également des représentants du ministère de l’Agriculture et des opérateurs économiques publics et privés.
« Tous ces intervenants se sont engagés à assurer un approvisionnement large et régulier du marché en produits alimentaires nécessaires », a affirmé le ministre du Commerce. Ce dernier s’est engagé à consacrer plusieurs espaces commerciaux à travers tout le territoire national, « une semaine avant Ramadhan pour permettre au citoyen de faire ses achats à des prix raisonnables, de manière à préserver son pouvoir d’achat ». Ces espaces, qui seront organisés avec les autorités locales, les producteurs et les Chambres de commerce, permettront à tous les commerçants, industriels et agriculteurs désirant y participer de faire des ventes promotionnelles ou des ventes au rabais. En somme, ce sera les soldes « spécial Ramadhan » qui concerneront également la vente de vêtements, de chaussures, de l’électroménager et de la vaisselle. « La vente au rabais et la vente promotionnelle permettront de mettre un terme au monopole, à la spéculation et à la flambée des prix », a assuré le ministre, précisant qu’un cadre de contrôle sera mis en œuvre à partir du 24 avril prochain pour contrôler le respect des prix de produits subventionnés et le respect du budget du consommateur.
Une déclaration à suivre d’autant que ses prédécesseurs n’ont jamais réussi à instaurer un fonctionnement régulé et contrôlé du marché durant les premières semaines du mois de jeûne, synonymes de toutes les spéculations et dépassements.<