Les prix de la pomme de terre connaissent ces deniers jours, une envolée frôlant, sur les étals, les 80 DA le kilogramme par endroit. Les conditions météorologiques défavorables empêchant l’accès aux champs pour les récoltes est évoqué comme principal facteur ayant contribué à la hausse des prix de ce produit.

Pourtant, un système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac) avait été mis en place depuis 2008 déjà. Ce système institué pour contrer la spéculation constatée sur le cours du marché des fruits et légumes semble avoir atteint ses limites, pénalisant à la fois consommateurs et agriculteurs. Ce mécanisme, annoncé par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, est vite rattrapé par la spéculation et l’anarchie. La solution ? Pour le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdessalam Chelghoum, elle réside en le déstockage. «Nous avons constaté que la moyenne des prix de ce tubercule a grimpé vers les 70 DA/kg. Nous avons décidé alors de réguler le marché avec le déstockage d’importantes quantités», a en effet indiqué le ministre, lundi dernier, en marge de la cérémonie de signature d’un protocole d’accord algéro-américain portant sur la réalisation d’un méga projet à Adrar.
L’opération de déstockage permettra ainsi de «réguler le marché et faire pression pour que le prix de ce produit de large consommation soit stabilisé et fermer la porte à ceux qui ont l’habitude de saisir ce genre de circonstances pour porter atteinte au pouvoir d’achat des citoyens», a souligné M. Chelghoum. Cette décision a été prise après une réunion qui a regroupé, dimanche, le ministre et les représentants de la filière pomme de terre pour déstocker au moins 10 000 tonnes afin de réguler le marché, a indiqué à l’APS, le président de la Fédération des producteurs de pomme de terre, Ahssen Guedmani.
La mise sur le marché de ces quantités, qui s’étalera sur dix jours, depuis hier, en attendant l’amélioration des conditions climatiques « devrait faire baisser les prix à 30 DA/kg au niveau du marché de gros contre 40 DA actuellement », selon le ministre de l’Agriculture. Outre les conditions météorologiques, M. Guedmani attribue cette hausse à la spéculation. Les quantités de pomme de terre déstockées font partie d’un stock constitué par le ministère pendant la production de saison et conditionné dans des chambres froides appartenant à l’État.