Synthèse de Kahina Sidhoum
La période estivale est synonyme de pic de consommation d’électricité et de mise à l’épreuve du réseau national. Avec des températures de plus en plus chaudes et une généralisation des équipements de climatisation, il est devenu impératif pour l’opérateur système d’injecter des capacités supplémentaires pour éviter tous risques de délestage…
C’est ainsi qu’on a appris hier qu’une capacité additionnelle de production d’électricité de 1868 MW, 50 ouvrages de transport d’électricité et 767 postes de moyenne tension et basse tension (MB/BT) ont été mis en service. Il s’agit, selon un communiqué du ministère de l’Energie, de sécuriser l’approvisionnement du pays en électricité durant la période estivale.
«Pour cette année, il s’agit principalement de la mise en service d’une capacité additionnelle de production d’électricité de 1868 MW, de 50 ouvrages de transport d’électricité tous types de tensions confondus (postes et lignes) et de 767 postes MT/BT et 2 704 km de lignes MT & BT (réseaux de distribution). Ces nouvelles infrastructures viennent s’ajouter à un parc important déjà existant de plus de 22 000 MW et qui a été fiabilisé grâce à des opérations de maintenance régulières», ajoute la même source. Ces infrastructures et ouvrages électriques «prioritaires» ont été réalisés pour sécuriser l’approvisionnement du pays en électricité, a souligné le ministère tout en rappelant que «chaque année, il est mis en place au niveau du secteur de l’énergie, un plan spécial passage été». «Des investissements importants sont consentis par Sonelgaz pour permettre la couverture de la demande en électricité de la population et des infrastructures socio-économiques avec le minimum de contraintes et garantir la mission de service public qui lui est dévolue».
Selon le ministère de l’énergie, les prévisions de la puissance maximale appelée pour l’été 2021 seront de 15 500 MW pour des températures saisonnières (normales) et 16 500 MW pour des températures exceptionnelles (caniculaires), soit en augmentation de 6% par rapport à celle enregistrée durant l’été 2020. Aussi, pour le passage de l’été 2021, le ministère a rassuré quant à «la disponibilité des unités de production qui garantiront aisément la demande électrique attendue durant cette période». Il en est de même pour les régions du sud et du grand sud du pays, où des dispositions ont été prises pour renforcer la puissance installée notamment par le transfert des turbines à gaz mobiles du nord vers le sud de manière à garantir la satisfaction de la demande avec une réserve suffisante. En dépit des plans d’actions et dispositions mis en place pour garantir une meilleure qualité de service, le ministère n’a pas exclu des incidents «aléatoires» pouvant affecter «les ouvrages et les matériels, notamment lors des conditions climatiques extrêmes, atteintes tiers, surcharge ou autres, à l’exemple de la canicule qui a touché le sud-est du pays ou les vents de sable violant qu’a connu la région de la Saoura, durant ce mois de juin». Pour parer à ce type d’aléas, des équipes d’exploitation et d’intervention des sociétés de production, transport et distribution d’électricité et du gaz, sont mobilisées en permanence, pour assurer la continuité de service et intervenir dans les délais les plus courts et parfois, dans des conditions difficiles, a assuré le ministère, tout en ajoutant que «des dispositions ont été prises aussi pour le renforcement des équipes de maintenance et d’intervention par des ingénieurs et techniciens formés, y compris des équipes spécialisées en travaux sous tension». Un centre de contact national (3303) fonctionnel 7/7 jours et H24 est mis à la disposition des abonnés au réseau pour signaler toute perturbation ou pour simple demande d’information. <