5 420 cartes d’artiste, dont la première a été attribuée symboliquement à cheikh Namous, ont été distribuées dans les différentes willayas, a indiqué le président du conseil national des arts et des lettres (CNAL), Abdelkader Bendamache.

Ce dernier est revenu lors de son passage à l’émission «Café littéraire» sur les ondes de la radio culturelle, sur le parcours de la création du CNAL qui existe depuis 1973 afin de protéger l’auteur et l’interprète. Le conseil travaille également pour assurer l’organisation des relations entre l’artiste et les institutions mais aussi les différentes structures culturelles dans les 48 wilayas. Il a aussi évoqué l’adoption de la loi 14/69 en 2010 pour la reconnaissance du métier d’artiste ce qui permet à ce dernier d’être couvert par la sécurité sociale mais aussi une identification. Concernant la carte d’artiste, Bendamache dira que certains artistes n’ont pas besoin de cette carte car « c’est l’histoire qui fait l’artiste et son identité. Certains artistes n’ont pas besoin de cette carte pour les reconnaître ». Abordant un autre sujet, à savoir le non payement de certains comédiens, le président du CNAL dira que dans ces cas précis, seuls les directeurs de théâtres sont responsables et «doivent chercher de nouveaux moyens de financement et de nouvelles ressources». Bendamache rappellera à cet effet les déclarations du ministre du secteur Azzeddine Mihoubi qui a appelé les directeurs des différents théâtres au niveau national de chercher de nouveaux sponsors. « Le ministère avait appelé les différentes parties pour trouver des solutions. Vu que la culture existe, les solutions existent aussi. Il faut seulement bien réfléchir et bien chercher », dira Bendamache.