19 fermes pilotes seront attribuées par le Conseil des participations de l’Etat (CPE) à « Agro élevage » nouvelle filiale de Giplait. L’Agro élevage sera la sixième filiale du groupe avec comme  objectif la création des « fermes modernes » de production de « lait de qualité », affirme Mouloud Harim, PDG du nouveau groupe « Lait et Giplait » qui va investir dans l’amont de la filière lait avec la création, cette année, d’une filiale spécialisée dans l’élevage de bovins laitiers et la production de lait de vache.

Pour ce faire, il sera entrepris un repeuplement des étables, la création de pépinières de génisses dans ces exploitations, des centres de collecte auprès des éleveurs activant autour de ces fermes, des salles de formation au profit des éleveurs ainsi que des unités de commercialisation des produits d’hygiène. Une partie de ces exploitations sera également consacrée à la production fourragère en vue d’approvisionner les éleveurs conventionnés avec les laiteries du groupe.  « Lait et Giplait », dont la production annuelle de lait a atteint 1,8 milliard de litres, effectuera prochainement une évaluation sur le terrain des exploitations visées dont certaines dépassent les 2.000 hectares. C’est au terme de cette évaluation que sera lancé le programme d’investissement visant la modernisation de ces fermes. Le coût de cet investissement ne sera précisé qu’au terme de la phase d’évaluation. A ce propos, Mouloud Harim a indiqué que les moyens financiers du groupe étaient « largement suffisants » pour reprendre ces fermes et les moderniser en vue d’augmenter la production laitière locale. Même si la possibilité de solliciter des partenariats n’est pas à écarter, « si demain on trouve un partenaire avec lequel on peut aller plus loin on le fera », a-t-il confié. Pour le développement des fermes, Giplait compte associer les instituts et les centres techniques spécialisés tel que le Centre national d’insémination artificielle et de l’amélioration génétique (Cniaag) notamment pour le développement des pépinières de génisses. Ceci dans le but d’offrir la possibilité aux éleveurs d’acheter des génisses à haut potentiel au niveau local au lieu de les importer. Parallèlement à ce projet, Giplait continuera de produire du lait pasteurisé conditionné en sachet (LPC) fabriqué à base de la poudre de lait importée et dont le prix (25 DA/litre) est subventionné par l’Etat. Le groupe détient plus de 50% des parts du marché de ce produit. Par ailleurs, Lait et Giplait compte lancer cette année de nouveaux produits dont le lait pasteurisé conditionné en carton fait à base de lait de vache et qui sera vendu à prix libre entre 55 et 60 DA/litre. « C’est un produit de bonne qualité puisqu’il va garder toutes ses qualités organoleptiques. Cela va nous permettre de changer le modèle de consommation des Algériens habitués à prendre du lait fabriqué à base de poudre importée », a assuré le PDG du groupe étatique.