Plébiscité hier, à l’issue d’une séance plénière de la chambre haute du Parlement, Salah Goudjil a été officiellement nommé au poste de président du Conseil de la Nation. Le sénateur, qui occupe le siège par intérim depuis avril 2019, a, en effet, été élu hier matin à main levée et à la majorité absolue, par 126 voix et une abstention sur les 127 électeurs présents. Ce vote, qui intervient après la demande du Parlement d’officialiser Salah Goudjil en tant que président du Conseil de la Nation, a également été marqué par les candidatures de deux autres sénateurs, Kissari Mahmoud (FLN, wilaya de Laghouat) et Djeghdali Mustapha (FLN, wilaya de M’Sila). Deux candidats qui n’ont toutefois recueilli aucune voix, d’autant que Kissari Mahmoud s’est retiré de la course quelques minutes avant le début de la séance de vote.
Lors de la séance plénière, présidée par le sénateur Abdelmadjid Mahi Bahi, ce dernier a souligné en ouverture que la décision d’officialiser Salah Goudjil au poste de président du Conseil de la Nation fait suite aux demandes des groupes parlementaires du 21 février dernier. Le Conseil de la Nation, et par volonté «d’appliquer les règles démocratiques (…) ainsi que la politique du Président de la République», a privilégié cependant le «vote plutôt que la destination» : «M. Salah Goudjil et moi-même, en tant que moudjahid et homme de loi, nous nous opposons à toute forme de désignation.» Le vote pour le choix du nouveau président du Conseil de la Nation, intervient par ailleurs, ajoute Abdelmadjid Mahi Bahi, dans «le sillage de la politique du président Abdelmadjid Tebboune mise en avant dans son programme électoral et annoncé depuis son investiture». Quant au candidat qui s’était présenté face à Salah Goudjil, Kissari Mahmoud, sénateur FLN de la wilaya de Laghouat, il explique en substance que «l’élection est déjà tranchée par les médias et les réseaux sociaux». L’autre candidat au poste de président du Conseil de la Nation, Djeghdali Mustapha, membre FLN du conseil de la Nation et représentant de la wilaya de M’Sila, a affirmé se présenter dans le cadre de «cette démocratie voulue». Le sénateur qui a maintenu sa candidature n’a toutefois recueilli aucune voix, Salah Goudjil, soutenu par le groupe du tiers-présidentiel, présidé par Hachemi Djiar mais également par le groupe FLN présidé par Bouhafs Houbad et par le groupe RDN, présidé par Ali Djerba, a en effet remporté l’élection à la majorité absolue. Pour rappel, le poste de président du Conseil de la Nation est l’une des positions les plus importantes dans le fonctionnement de l’Etat. Le prédécesseur de Salah Goudjil avait en ce sens été appelé à présider le pays après la démission d’Abdelaziz Bouteflika. En poste quant à lui par intérim depuis avril 2019, Salah Goudjil a également été salué hier pour sa solide expérience de l’Etat, basée sur une longue carrière politique. Hachemi Djiar rappelant notamment que le nouveau président du Conseil de la Nation, né en janvier 1931 à Batna, a été moudjahid durant la guerre, puis membre et responsable au FLN après l’Indépendance ou encore membre du gouvernement, avant d’occuper plusieurs postes parlementaires dont président par intérim du Conseil de la nation. <