Le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, a présidé dimanche une réunion du Bureau du Conseil, élargi aux présidents des groupes parlementaires, avec à l’ordre du jour, la prochaine session parlementaire et le référendum sur la Constitution. Cette réunion a été consacrée à «l’étude des dispositions inhérentes à l’ouverture de la session parlementaire ordinaire annuelle 2020-2021, dont l’ouverture est prévue mercredi prochain», précise un communiqué du Conseil de la nation. La rencontre a abordé, par ailleurs, «la réunion des bureaux des deux chambres du parlement et le représentant du gouvernement, devant se tenir le même jour, aux fins d’élaborer l’ordre du jour de la prochaine session parlementaire, ainsi que l’échange de points de vue au sujet du programme des activités législatives de contrôle ainsi que celles relatives à la promotion et la consolidation de la culture parlementaire au niveau du Conseil de la nation, durant la session parlementaire ordinaire 2020-2021». A l’entame de la réunion, le Bureau du Conseil de la nation a tenu à «exprimer sa profonde satisfaction quant à la décision prise par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, ayant trait au choix de la date symbolique du 1er Novembre 2020 pour l’organisation du référendum autour de la Constitution de la nouvelle République», souligne la même source. En effet, «le 1er Novembre 1954 a constitué le point de lancement du projet national libérateur, et le 1er Novembre 2020 mettra notre pays face à un autre challenge, à savoir le lancement, à la faveur du scrutin référendaire autour de la Constitution, d’un grand projet national visant l’édification d’une nouvelle République», ajoute le communiqué. «Un tel projet exige la conjugaison de tous les énergies et les efforts, comme il requiert la mobilisation de tout un chacun, afin de faire de ce 1er Novembre 2020 un évènement axial dans l’histoire de notre pays. Un événement qui coïncidera avec l’inauguration de la Grande Mosquée d’Alger qui symbolise de la manière la plus irréfutable qui soit de la fidélité aux sacrifices des chouhada et des moudjahidine», relève la même source. Le Bureau du Conseil de la Nation «met à profit cette opportunité pour réitérer son adhésion totale et indéniable au processus engagé par le Président de la République, relatif à une profonde révision de la Constitution qui soit conforme avec les exigences de la nouvelle République». A cet égard, le Bureau du Conseil de la Nation «salue les orientations et les décisions annoncées par le Président de la République à l’occasion de la rencontre Gouvernement-Walis ainsi que lors de la conférence nationale sur le plan de relance économique, tout autant que les résultats auxquels ont abouti ces deux manifestations», conclut le communiqué.
(APS)