Comme attendu, le gouvernement a décidé un durcissement des mesures pour contenir la propagation du coronavirus en reconduisant le confinement après de nombreuses alertes quant aux conséquences qu’induirait le relâchement constaté. Le confinement partiel à domicile concerne 29 wilayas, dont neuf nouvelles, à partir de demain 10 novembre. Il sera appliqué sous forme de couvre-feu avec une réadaptation des horaires de 20h00 à 05h00 pour une durée de quinze jours.

C’est ce qu’ont indiqué les services du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, dans un communiqué diffusé hier, expliquant que «ces mesures entrent dans le cadre du dispositif adopté par les pouvoirs publics dans de la gestion de la crise sanitaire» due à la pandémie de coronavirus.
La reconduction du confinement dans certaines wilayas et son élargissement à d’autres avec des horaires réadaptés ne constitue guère une surprise, dans la mesure où la dernière réunion du gouvernement, tenue jeudi dernier, et les résolutions qui avaient été prises étaient annonciatrices d’une telle décision au vu de la situation épidémique qui se dégradait de jour en jour.
Ainsi, la liste des wilayas concernées par la mesure de confinement partiel à domicile passe de 20 à 29, et ce, «en raison d’une recrudescence des cas de contamination dans ces wilayas», ont précisé les services du Premier ministère. La reconduction de cette mesure de confinement partiel à domicile touche 20 wilayas, à savoir Batna, Béjaïa, Biskra, Blida, Bouira, Tébessa, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Alger, Jijel, Sétif, Annaba, Constantine, Médéa, M’sila, Ouargla, Oran, Bordj Bou Arréridj et Boumerdès.
Les neuf nouvelles wilayas intégrées dans la nouvelle mesure de confinement car enregistrant une recrudescence des cas confirmés de Covid-19 sont «Adrar, Guelma, Illizi, Tindouf, Tissemsilt, El Oued, Khenchela, Tipasa et Aïn Témouchent». Il est, par ailleurs, noté que les autorités locales ont la latitude d’intervenir quand la situation l’exige. «Les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes les mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination», est-il précisé. Aussi, ils peuvent prendre, «en cas de besoin, les dispositions nécessaires pour la fermeture totale ou partielle des lieux de plaisance, de détente, des espaces récréatifs et de loisirs ainsi que tout lieu susceptible de recevoir une forte affluence du public».
Suspension du transport des personnes le week-end
L’autre mesure prise par le gouvernement concerne «la suspension de l’activité de transport urbain des personnes public et privé durant les week-ends sur tout le territoire national», tout en maintenant, rappelle le gouvernement, l’interdiction du transport collectif des personnes inter-wilayas. Il est souligné que tout contrevenant à cette mesure subira les sanctions réglementaires prévues. Ces dispositions rappellent bien celles de l’été, période durant laquelle la pandémie était à son plus haut niveau comme c’est le cas actuellement avec plus de 600 cas quotidiens. Pour la seule journée d’hier, ce sont 670 cas confirmés de coronavirus qui sont venus s’ajouter au décompte déjà «dramatique».
Il a également été décidé de fermer les marchés de vente de véhicules d’occasion sur l’ensemble du territoire national durant quinze jours à partir de demain. S’agissant des marchés hebdomadaires, un contrôle rigoureux sera opéré par les services compétents au niveau de ces lieux afin de s’assurer de l’application des mesures préventives, à savoir le port obligatoire du masque ainsi que de la distanciation physique. En cas d’infraction aux mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, les walis pourront procéder à leur fermeture immédiate, est-il indiqué.
«Tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements tels que les regroupements au niveau des cimetières», sont concernés par la prorogation de la mesure d’interdiction, et ce, à travers le territoire national. A ce sujet, le gouvernement rappelle qu’il a été «prouvé que ces regroupements favorisent la propagation de l’épidémie» et qu’il est «nécessaire de respecter les mesures décidées dans ce cadre». Aussi, les sanctions réglementaires seront prises à l’encontre des contrevenants ainsi que les propriétaires des lieux accueillant ces regroupements.

Report de la rentrée universitaire au 15 décembre
Le gouvernement a annoncé le report de la rentrée universitaire et de la formation professionnelle à la date du 15 décembre prochain, après qu’elle eut été programmée pour le 22 novembre. En revanche, les trois paliers de l’Education nationale poursuivront les cours puisque le communiqué du Premier ministère évoque «l’instauration d’un contrôle continu, rigoureux et inopiné par les inspecteurs du corps de l’éducation nationale au niveau de l’ensemble des établissements du cycle primaire, moyen et secondaire, publics et privés, pour s’assurer du respect du protocole sanitaire mis en place et des mesures organisationnelles édictées par les pouvoirs publics». Ce dispositif sera renforcé par les visites des équipes médicales de santé scolaire. Il est également prévu le renforcement du contrôle de l’application du protocole sanitaire au niveau des mosquées, avec le concours du mouvement associatif, associations religieuses et des comités de quartiers en étroite collaboration avec les autorités locales, ainsi que l’inspection des commerces et les autres activités accueillant le public.

Renforcementdes moyens dans les hôpitaux
La situation que vivent les hôpitaux et le personnel soignant est également au chapitre des nouvelles mesures.
A ce titre, le gouvernement fait état de «dotation des structures hospitalières de tous les moyens en matière d’équipements, de tests PCR, de tests antigéniques, de moyens de protection, d’oxygène, d’appareils respiratoires ainsi que la mobilisation de lits d’hospitalisation supplémentaires en cas de besoin». En outre, il a été décidé de poursuivre les efforts engagés par l’Etat en matière d’amélioration des conditions d’hébergement et de transport pour les personnels de soins, ainsi que l’intensification, particulièrement à l’approche de la saison hivernale, des campagnes de communication et de sensibilisation des citoyens au niveau des quartiers pour leur faire prendre conscience de l’importance du respect des protocoles sanitaires, notamment les gestes barrières que sont le port obligatoire du masque et la distanciation physique.
Ces mesures viennent à point nommé pour les professionnels de la santé, notamment ceux de Béjaïa et Jijel, qui, jusqu’à hier, n’ont cessé d’appeler, via les réseaux sociaux, les citoyens à respecter les mesures de prévention, notant que face à cette deuxième vague, ils risquaient de ne plus pouvoir prendre en charge les malades, surtout les cas graves qui nécessitent une oxygénation.