Par NAZIM BRAHIMI
La situation pandémique inquiétante que vit le pays, marquée par la recrudescence des contaminations quotidiennes à la Covid-19 et les difficultés que rencontrent les établissements de santé à accueillir et traiter dans des conditions idoines le flux de malades, a mis les walis de la République devant leurs responsabilités. Des responsabilités qui se situent, en effet, à plusieurs niveaux. En plus de l’impératif de garantir une place pour tout nouveau atteint par le virus, il s’agit aussi d’œuvrer à préserver le personnel médical sur le front de la crise sanitaire en veillant sur un fonctionnement rationnel des établissements de façon que les médecins et autres assimilés ne rompent pas sous la pression de la conjoncture épidémique. Par ailleurs, la responsabilité des walis est entièrement engagée aussi bien en matière de respect des règles de prévention sanitaire que d’adaptation aux conditions de confinement en vigueur. C’est ce qui a été enregistré, à titre d’exemple, dans la wilaya de Tizi Ouzou, l’une des plus touchées par la crise sanitaire, où les autorités de wilaya ont décidé une suspension partielle des activités commerciales et de transport dans 6 communes pour une période de dix jours, afin de limiter la propagation de la Covid-19, selon deux arrêtés du wali diffusés samedi. Selon ces arrêtés signés par le wali Mahmoud Djamaa, entrés en vigueur depuis jeudi dernier (date de leur signature), les communes concernées par ces mesures de confinement partiel sont Azazga, Fréha, Boghni, Mechtras, Assi Youcef et Bounouh. Le premier arrêté précise que l’activité de transport est suspendue pour dix jours à partir de 17H jusqu’au lendemain 6H, dans les communes concernées. Le deuxième arrêté porte sur la suspension de toute activité commerciale entre 14H et 6H, pour la même durée de 10 jours et annonce que le non-respect de cette mesure entraînera la fermeture immédiate du commerce et des poursuites judiciaires contre les contrevenants. Il faut noter que parallèlement aux décisions émanant de l’administration locale, plusieurs communes de la wilaya, notamment celles enregistrant un nombre important de cas d’atteinte par la Covid-19 observent déjà un auto-confinement dans l’espoir de rompre la chaîne de contamination.
Vaccination et approvisionnement
en oxygène
Mais plus que jamais, les walis sont sur le qui-vive au vu des urgences qu’impose la situation. Il s’agit de réussir davantage la vaccination dans le sens où les spécialistes estiment qu’il y a encore de la place pour une massification de l’opération, seul remède pour freiner la propagation de la pandémie. De son côté, le ministre de l’Intérieur a mis l’accent, avant-hier lors de la réunion périodique de coordination avec les walis, sur l’impératif « contrôle efficace et qualitatif de l’opération de vaccination par la mobilisation de tous les moyens logistiques nécessaires ». Le communiqué des services de Kamel Beldjoud a indiqué que des instructions fermes ont été données aux walis à l’effet de « mobiliser toutes les énergies nécessaires pour la lutte contre la pandémie et l’application rigoureuse des mesures de prévention ».
A ce rappel des responsabilités, nous pouvons ajouter la « note » du ministère de la Santé qui remettait la gestion de l’approvisionnement des structures de santé en oxygène entre les mains des walis. De quoi rendre plus central le rôle du wali dans cette bataille contre la pandémie. Mais dans laquelle les failles ne manquent pas. Pas forcément au niveau des établissements de santé, puisque certains espaces publics sont l’illustration parfaite du non-respect des mesures sanitaires. D’où aussi la responsabilité des walis… n