Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a prononcé, lundi, une allocution à l’occasion de la Conférence des chefs de missions diplomatiques et consulaires algériennes. En voici la traduction APS :

“Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux Paix et Bénédictions sur son vertueux messager, Mesdames et messieurs chefs d’institutions et d’instances nationales, Monsieur le président du Conseil de la nation, Monsieur le président du Conseil constitutionnel, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Général de corps d’armée, chef d’Etat-major de l’Armée Nationale Populaire, Mesdames et messieurs les chefs de missions diplomatiques et consulaires, Honorable assistance, Il me plait, à l’entame de mon allocution, de m’attarder sur le temps opportun pour la tenue de cette rencontre. En effet, le mois béni de novembre constitue un rendez-vous de référence pour la diplomatie algérienne dont l’acte constitutif a été consacré par la Proclamation du 1er Novembre 1954. Une diplomatie qui a contribué décisivement, d’abord, durant la libération nationale aux côtés de l’Armée de libération nationale (ALN), puis, au lendemain de l’indépendance, à l’édification de l’Etat et l’aplanissement de moult difficultés et défis. Durant ce parcours dont le flambeau a été transmis de génération en génération de diplomates militants, ont été cristallisées les principales constantes de notre politique étrangère, pour ne citer que le soutien au droit des peuples à l’autodétermination, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, le règlement pacifique des conflits, la promotion et la consolidation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, ou encore l’impératif d’établir des relations internationales justes et équilibrées et le non-alignement. Il vous incombe, vous femmes et hommes de la diplomatie, une grande responsabilité pour maintenir vivace ce patrimoine historique sacré, afin de renforcer le rôle de la diplomatie algérienne dans la défense des intérêts suprêmes de la nation, la préservation de sa sécurité nationale et la souveraineté de ses décisions, et l’édification de l’Algérie nouvelle qui demeure, aux yeux du peuple algérien, une aspiration civilisationnelle. Mesdames, messieurs, L’ordre mondial a connu, tout récemment, des bouleversements inédits engendrés par une série de facteurs et de phénomènes, notamment après l’émergence de plusieurs nouveaux acteurs. Une situation qui requiert une opération d’adaptation continue des missions de la diplomatie algérienne et de ses domaines de déploiement, et ce dans le cadre du respect des principes et des valeurs constantes de notre politique extérieure. Par ailleurs, le système multilatéral dont l’essence est fondée sur la promotion des solutions collectives aux défis communs, a montré ses limites face à la pandémie de Coronavirus. Une pandémie qui a mis en évidence le manque de préparation de la communauté internationale pour l’action collective et une tendance désolante à l’unilatéralisme. Ainsi, les répercussions de cette pandémie auront un impact majeur, en ce sens qu’elles refaçonneront le monde post-Covid-19. Dans notre espace géographique, les défis auxquels nous sommes confrontés sont plus graves, au regard des crises multidimensionnelle que connaît notre région, et des foyers de tension dans nombre de pays voisins, le long de nos frontières, notamment au Sahara occidental où les affrontements militaires ont repris entre le Front Polisario et les forces d’occupation marocaine, et de la crise en Libye qui connaît encore des tensions dues aux multiples interventions étrangères, en sus du statu quo qui se poursuit dans la région du Sahel sous l’influence de nombreux facteurs liés aux conflits multiformes, à la propagation de la menace terroriste et au crime organisé sous toutes ses formes. Mesdames, messieurs, Notre lecture du contexte international dans lequel évolue notre diplomatie ne saurait être exhaustive sans évoquer les menaces directes visant à affaiblir l’Algérie par le biais d’une guerre dite de “quatrième génération” dans le cadre d’un vaste plan ciblant, au-delà de l’Algérie, l’Afrique et le Moyen-Orient. Dans ce contexte et les répercussions qui en découlent, vous devez plus que jamais être animés du même sens de l’engagement et du sacrifice que vos prédécesseurs pour préserver les intérêts supérieurs de l’Algérie et riposter avec vigueur aux manœuvres hostiles visant notre sécurité nationale.Mesdames, Messieurs, Sur le plan international, il demeure nécessaire de prendre des mesures proactives en vue de consacrer le rôle de l’Algérie en tant qu’acteur influent susceptible de contribuer sérieusement à faire face aux défis internationaux en proposant des idées et des initiatives de nature à consolider l’action multilatérale. A cet égard, la priorité doit être accordée au prochain mandat de l’Algérie en qualité de membre au Conseil de sécurité onusien pour la période 2024-2025, et ce afin de contribuer aux efforts visant la préservation de la paix et de la sécurité internationales. Il est également impératif de coopérer avec les Etats qui partagent nos points de vue et nos positions au sujet du renforcement du rôle de l’ONU pour l’amener à s’acquitter de ses responsabilités, notamment envers les peuples palestinien et sahraoui. Sur le plan continental, il est nécessaire de poursuivre les efforts visant le raffermissement des liens de fraternité et d’amitié avec les Etats africains qui constituent la profondeur stratégique, géographique et civilisationnelle de notre pays. Dans ce cadre, la consolidation de l’Union africaine (UA) en vue de la protéger des tentatives sournoises ciblant l’unité de ses rangs et son rôle central, restera au cœur des priorités de notre action diplomatique. Avec autant de détermination, nous devons poursuivre nos efforts pour consolider notre action arabe commune à travers la réunion des conditions nécessaires à la réussite du prochain Sommet de la ligue arabe qui se tiendra, si Allah le veut, en Algérie. Ce Sommet doit être une précieuse opportunité pour renouveler l’engagement collectif de soutien à la cause palestinienne, en réaffirmant le respect par tous les Etats membres de l’Initiative de paix arabe. Aussi, devons-nous saisir cette occasion pour étudier le dossier de réforme de la Ligue Arabe en vue d’améliorer sa performance avec une nouvelle vision de l’action arabe commune. La diplomatie algérienne est appelée à intensifier ses efforts pour réaliser la sécurité et la stabilité sur le plan régional notamment à travers la participation au règlement de la crise libyenne et au renforcement de la stabilité dans la région du Sahel. Pour ce qui est des partenariats, nous devons agir de façon rationnelle et équilibrée pour le développement des relations politiques, économiques et commerciales avec nos principaux partenaires en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Tout un chacun est appelé désormais à œuvrer pour la concrétisation d’une approche permettant de préserver le tissu industriel algérien, protéger le produit national et garantir des accès à nos exportateurs à l’étranger. Pour ce faire, il est indispensable d’établir des relations davantage équilibrées avec nos partenaires notamment l’Union européenne. L’Algérie ne tolérera, dans les relations bilatérales avec ses partenaires européens, aucune ingérence dans ses affaires internes et demeurera disposée à établir des liens fondés sur le respect mutuel et à s’engager au respect total du principe de l’égalité souveraine des Etats. Sur un autre plan, et concernant nos relations avec la Russie, les Etats-Unis et la Chine, notre corps diplomatique doit s’employer à les renforcer davantage notamment au niveau économique, nos ambassadeurs étant tenus de consolider nos relations avec d’autres Etats dans l’Amérique latine, la région de la mer des Caraïbes et les Iles de l’Océan Pacifique, afin de rétablir le contact sur tous les niveaux et élargir les relations de coopération avec ces pays. Mesdames, Messieurs J’aimerais insister sur deux principaux points eu égard à leur importance stratégique majeure. Il s’agit de notre communauté nationale établie à l’étranger et de la diplomatie économique. En ce qui concerne la Communauté nationale à l’étranger, il vous incombe de développer les méthodes et les moyens pour une concrétisation, véritable et pratique, de l’intérêt particulier que j’accorde, personnellement, à ce sujet. Vous n’êtes pas seulement appelés à prendre en charge les préoccupations de notre communauté , mais de renforcer ses liens avec la patrie en sus de l’implication de ses membres au processus du développement socio-économique de notre pays et aux efforts visant la consolidation de la place et du poids de l’Algérie sur la scène internationale. En effet, notre communauté installée dans les quatre coins du monde recèle des compétences lui permettant d’apporter un plus qualitatif aux efforts de développement dans notre pays. Armée d’une forte volonté, notre communauté ne demande que son association à cet effort collectif à travers l’entrepreneuriat innovant, l’échange d’expertises et la formation. Il est impératif donc de mettre en place des cadres et des mécanismes idoines pour gérer cette opération et permettre aux membres de notre diaspora aux talents avérés d’apporter leurs contributions. Vous devez communiquer avec la communauté en mettant à leur disposition des numéros verts outre l’ouverture de canaux de communication directs ou électroniques. Quant à la diplomatie économique, nos diplomates sont désormais invités à se positionner à l’avant garde des efforts nationaux visant le renforcement de l’attractivité de l’Algérie vis-à-vis des sociétés étrangères ainsi que le soutien aux entreprises nationales en vue d’accéder aux marchés internationaux, et ce, à travers l’étude des types de marché et la consommation en plus de la définition des opportunités disponibles, pour les produits algériens. Pour conclure, je voudrais souligner la nécessité pour l’action diplomatique d’être un prolongement voire un levier des efforts de l’Etat dans tous les domaines. Ainsi, êtes-vous invités à vous référer à l’agenda national dans le cadre de vos activités quotidiennes, l’intérêt suprême de la patrie, sa réputation et sa place ainsi que la dignité de nos citoyens à l’étranger devant être placés au-dessus de toute autre considération. Je vous souhaite tous réussite et succès dans vos missions”.