La conférence-débat qui s’est déroulée samedi dernier, à la librairie Point Virgule (à Chéraga, Alger), ne pouvait pas se contenter du sujet principal prévu, un ouvrage. Le public présent a été gratifié de discussions hautes en couleurs.

par Salim Koudil

Tout a démarré par la présentation d’un livre, « Les mystères du lac des Damnés » du Dr Emir Berkane, premier tome d’une série de carnets d’exploration du lac souterrain de Bir Benosmane (wilaya de Guelma). Préfacé par l’océanologue François Sarano, cet ouvrage peut être considéré sans hésitation comme une référence pour la plongée souterraine en Algérie. Les péripéties racontées, avec passion et maîtrise, par Emir Berkane, sont en elles-mêmes une immersion dans un monde bien méconnu localement. D’ailleurs, les réactions parmi le public après la lecture de quelques passages du livre (par, entre autres, l’auteur et Dalila Nedjam, responsable des éditions Dalimen) dénotent l’intérêt suscité par le « contenu ». La conférence-débat n’était donc pas une simple vente-dédicaces. C’était surtout une occasion de débattre de sujets d’intérêt commun. De patrimoine sous-marin national, les débats se sont étalés sur la protection de l’environnement jusqu’à toucher aux recommandations de la COP21 (21e Conférence des parties sur les changements climatiques qui s’est déroulée en 2015, à Paris). Ce qui a lancé de longues discussions dans lesquelles les appréhensions et les inquiétudes des intervenants étaient difficiles à cacher. Omise et très peu valorisée en Algérie, la mer, présentée comme « notre avenir », a eu ainsi, le temps d’un après-midi, son « quart d’heure de gloire ».
Cités à plusieurs reprises dans le livre, l’histoire et le patrimoine national ont eu également leur « part ». L’occasion pour certains intervenants de dénoncer et de lancer des appels pour qu’ils soient mieux valorisés. Un vœu pieux !
A la fin, la conclusion était unanime, cette rencontre à plusieurs angles a été enrichissante et en même temps pleine… d’espoirs. La vitalité d’Emir Berkane est venue rappeler à l’assistance que la sinistrose clamée dans de bien nombreux « lieux » n’est pas une fatalité. Vivement les trois prochains tomes annoncés par l’auteur.