Par Milina Kouaci
La colère du personnel du secteur de l’Education nationale ne cesse de s’exacerber. Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), réuni les 29 et 30 juin dernier, exprime sa crainte quant à l’apparition «de foyers de colère multidimensionnels sans précédent» et appelle les enseignants à se mobiliser et se préparer pour une rentrée sociale «dure et compliquée» sur tous les fronts.
Ce syndicat met en exergue, la « précarité» de la condition de l’enseignant sur les plans professionnel, social, économique, en raison de la détérioration du pouvoir d’achat, réclamant ainsi l’instauration d’une indemnité de compensation pour remédier à ce problème. Dans un communiqué rendu public, le Cnapeste alerte quant au « cumul et l’accentuation des préoccupations socioprofessionnelles et pédagogiques» des travailleurs du secteur. Cette formation syndicale insiste sur la préservation des acquis et la satisfaction des revendications et met en garde contre ce qu’elle qualifie de «tentatives de porter atteinte au statut particulier», sachant que le ministère de l’Education nationale a lancé des consultations avec son partenaire social sur instruction du président de la République, portant révision du statut particulier des travailleurs de l’Education nationale.
Sur un autre volet, le syndicat fait part de sa consternation et sa colère envers les responsables locaux et nationaux qui ne respectent pas leurs engagements concernant le versement des arriérés de salaires qui constitue et demeure une source de protestation dans plusieurs wilayas, ajoute la même source. Le syndicat réitère son attachement à sa plateforme de revendications et insiste sur la « nécessité de les satisfaire et de les concrétiser par les moyens légaux sur le terrain».
Le Cnapeste réclame, en effet, l’application du décret présidentiel 124-266 fixant la grille indiciaire et le régime de rémunération des fonctionnaires avec effet rétroactif ainsi que la protection du pouvoir d’achat par une revalorisation salariale. Il réclame, également, la revalorisation de la prime d’indemnisation du Sud et des Hauts-Plateaux et de régler le problème des logements et des œuvres sociales ainsi que la médecine du travail. Le Cnapeste a décidé de reconduire pour une durée d’une année le mandat du bureau national du syndicat en raison des conditions sanitaires et en application du règlement intérieur du syndicat.