Les lauréats du concours «I Save the world today», lancé par l’Institut Goethe en partenariat avec «Sylabs», dans le cadre d’un programme de soutien aux projets environnementaux, bénéficient, dès aujourd’hui, «d’un soutien financier pour lancer leurs projets ainsi que d’un accompagnement professionnel pendant trois mois», annoncent les promoteurs du projet.

La cérémonie, qui s’est déroulée le 27 janvier dernier à l’espace Sylabs d’Alger, avait été marquée par la participation du nouveau directeur de l’Institut Goethe, Klaus Brodersen. L’occasion de mettre en avant les projets proposés par de jeunes Algériens issus de plusieurs régions et sélectionnés par le «jury régional» parmi une vingtaine de participants. Les quatre projets primés sont «Climate change… culture change», «Revadex», «Precious Plastic Algeria» et «Plastic Useless». Ainsi, le projet «Climate change…culture change», porté par Ikram Hahmdi Mansour, vise à la «sensibilisation sur la question du changement climatique dans le contexte algérien à travers les arts et la culture». Quant au projet «Revadex», porté par Walid Hadjadj, il se destine à mettre en relation des industriels, collecteurs et collectivités locales pour l’échange de divers types de déchets recyclables, alors que dans la même optique «Precious Plastic Algeria» de Mohammed Mebarki, propose de développer des ateliers d’animation durable mobile dans les établissements scolaires et associations en fabriquant des machines de recyclage des déchets plastiques à petite échelle». Le projet proposé par le collectif réunissant Nour Dahel, Zineb Habibi, Hamidi Nabila, Nour Hamidi et Meriem Meziane, intitulé «Plastic Useless», aspire à créer une alternative aux sacs en plastique en mettent en œuvre l’«idée» d’un sac réutilisable qui «se transforme en bracelet à main, qui se plie de différentes manières créatives et facile à transporter».
Pour rappel, «Save the world today» est un incubateur de projets environnementaux à destination des entreprises dont les produits-services sont conformes aux normes durables et vertes, les associations qui œuvrent à améliorer le développement durable ou la situation environnementale, les groupes de jeunes ou collectifs qui se sentent concernés par la situation environnementale et travaillent pour l’améliorer. Le programme, passé par plusieurs étapes, a débuté par un appel à participation lancé par l’institut Goethe et commenté par l’ancienne directrice de l’institut, Mme Rita Sachse-Toussaint, comme l’occasion pour les participants de «réfléchir à propos de la problématique de la protection de l’environnement en se posant la question de ce qu’ils peuvent faire en tant qu’enfant ou adolescent», l’écologie et la protection de l’environnement ne «concernant pas seulement les experts».
L’Institut Goethe explique dans le communiqué parvenu à la Rédaction que «19 projets ont été sélectionnés» suite à l’appel à projet lancé en novembre dernier, les candidats ont par la suite été conviés à une journée d’atelier puis, accompagnés, conseillés et guidés dans leurs propositions de projets. Notamment au travers d’un atelier dédié au «storytelling vidéo» ou les participants ont pu retravailler leurs présentations».
Les quatre projets «gagnants», avaient «convaincu le jury régional du programme, composé des équipes de l’institut Goethe Algérie et ceux de Sylabs, ainsi que Marwa Gaber du Planetarium Science Center du Caire (Egypte)» par la pertinence de leur approche sur les questions du recyclage des déchets plastiques et de la perception de la notion de protection de l’environnement. n