PAR MILINA KOUACI 
L’Union générale des étudiants libres (Ugel) plaide pour l’annulation de l’obligation de présenter un test PCR ou antigénique pour les candidats au concours de doctorat et de se contenter d’appliquer le protocole sanitaire, les mesures préventives pour assurer la sécurité sanitaire des étudiants et du personnel du secteur.
Selon une note émanant de la Direction générale de l’Enseignement et de Formation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, tous les candidats concernés par le concours d’accès au 3e cycle de doctorat pour l’année universitaire 2022, sont dans l’obligation de présenter un test PCR ne dépassant pas les 72 heures ou un test antigénique ne dépassant pas les 24 heures avant le lancement du concours. Cette note relative à l’organisation des concours doctorale indique, également, que les candidats révélés positifs par le test Covid-19 feront leurs examens dans des circonstances particulières et adaptées et ce dans le respect des normes sanitaires. 
«Les tarifs des tests sérologique et PCR ne sont pas à la portée de tous les étudiants», clame Abdelkrim Benmalek, vice-secrétaire général de l’Ugel. Cette organisation estudiantine réclame ainsi l’annulation de cette mesure afin de ne priver aucun étudiant de passer le concours. Pour lui, il suffit que la tutelle applique «strictement» le protocole sanitaire permettant de garantir la sécurité sanitaire des candidats et du personnel du secteur, rappelant, que depuis la propagation de coronavirus dans le pays, les étudiants passaient des examens en mode présentiel, en respectant le protocole sanitaire et les mesures barrières, en particulier, la distanciation physique. «Le ministère a les moyens humains et matériels lui permettant d’appliquer le protocole sanitaire», insiste-t-il.
Dans un autre contexte, M. Benmalek fait savoir que les candidats n’ont pu consulter la liste des candidats acceptés au concours via la plateforme du ministère Progres. «Un candidat devrait utiliser son compte d’inscription sur la plateforme numérique Progress afin de s’enquérir des résultats, mais le site est inaccessible». Ce qui complique la situation des candidats qui, en cas d’échec, ne peuvent déposer un recours qui se fait «exclusivement via le site Progres», alors qu’aujourd’hui (hier), est le dernier délai de dépôt de recours. La liste définitive après recours sera publiée mardi prochain, ajoute M. Benmalek qui demande au ministère de tutelle de remédier à la situation. n