Le directeur de la DSA a donné un point de presse à propos des fameuses terres les plus productives à travers la wilaya d’El Tarf et qui sont convoitées par de certaines personnes influentes de la wilaya. Notre interlocuteur affirme et nous invite à visiter ces terres abandonnées depuis de nombreuses années. Les directeurs qui se sont succédé pour gérer la DSA ont mis sur place un plan afin de les rendre productives en les concédant à des ingénieurs du domaine ainsi qu’à des riverains afin de les exploiter. Mais une fois sur terrain, les concessionnaires ont vite déchanté. Les terrains sont rocailleux et inaccessibles même aux engins pneumatiques, selon le directeur. Ces terres, une fois abandonnées par les concessionnaires, ont été récupérées par la direction dans l’espoir de les attribuer à d’autres. La DSA a mis un plan d’action qui vise à accompagner les futurs attributaires et pour les aider sur le plan matériel. Une opération qui entre dans le cadre de leur mise en valeur, nous apprend M. Benseghir, directeur de la DSA. Un programme est en cours d’application dans le cadre de la mise en exécution de deux circulaires ministérielles. Ces terres sont implantées au niveau de plusieurs daïras de la wilaya d’El Tarf, notamment Kbouda, Zitouna, Fedj, Sidi Cid (Oued Zitoun) Statira, Nador, Bounefla, Settara, Slam, Fhis (Aïn Kerma) et bien d’autres de faibles superficies.
Le directeur a confirmé que ces terres sont en zones montagneuses et surtout rocailleuses. Avant les attributions prévues, la DSA a annulé les diverses affectations des concessionnaires défaillants. Une commission de wilaya sera incessamment mise en place pour se prononcer sur les mille demandes de citoyens qui postulent pour exploiter ces terres. Il est à signaler que les superficies de moins de 20 ha seront attribuées par une commission communale, au-delà, la mission est des prérogatives de la commission de wilaya. Il y a vingt ans, l’opération de mise en valeur par concession a concerné une trentaine de périmètres totalisant 5 800 ha dans les daïras de Dréan, Boutheldja, Aïn El Assel, Aïn Kerma, Zitouna, Ben M’Hidi et Bouhadjar. L’opération pour la régularisation des occupants de ces terres n’a concerné que 2 000 hectares. Trois cents lots, de terrain de 2 000 hectares, sont concernées par la procédure de régularisation après constat d’exploitation effective.
Le DSA a également rappelé que 300 autres hectares à Chihani, Dréan et Hammam Beni Salah, s’inscrivent dans le cadre de la circulaire ministérielle 108, transmise à toutes les DSA en 2014. Cette circulaire, selon le directeur, a pour objectif la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage qui n’ont pas été affectées encore puisque les commissions de wilaya et communales n’ont pas amorcé l’étude des dossiers.M. B.