L’Angola pourra signer de nouveaux contrats de concession pétrolière au cours du second semestre 2021, a annoncé le président de l’Agence nationale angolaise du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG), Paulino Jer?nimo. Le 9 octobre, l’Agence avait signé trois accords de services à risque avec Sonangol et ExxonMobil pour explorer les blocs 30, 44 et 45 du bassin de Namibe, a rappelé M.Jer?nimo lors d’une rencontre tenue à Luanda sous le thème «L’Angola: Accroître la compétitivité pour repositionner l’avenir». Il a relevé que cette transaction permettra d’identifier le potentiel de cette zone et améliorera le climat pétrolier angolais. « Les blocs s’étendent sur 17800km2 et sont situés entre 50 et 100 km de la côte angolaise avec une profondeur d’eau qui varie entre 1500 et plus de 3000 mètres», a précisé M.Jer?nimo. Le président du Conseil d’administration de l’ANPG indique que ces contrats permettront d’approfondir les connaissances géologiques et de déterminer le potentiel en hydrocarbures de cette région. Le succès des travaux réalisés en Angola par des opérateurs internationaux est un facteur extrêmement important pour le développement et la crédibilité du secteur pétrolier angolais, dit-il. Pour sa part, Andre Kostelnik, Directeur général d’ExxonMobil, a déclaré: «nous travaillerons avec le gouvernement angolais et l’ANPG pour identifier les zones frontalières présentant le meilleur potentiel de ressources, en appliquant notre expérience reconnue et notre technologie de pointe». Pour rappel, le bassin du Namibe est l’une des zones les moins explorées de l’Angola et Exxon Mobil y détient une participation de 60%, tandis que la société publique du pétrole Sonangol a une participation de 40%.