Décidément, le dossier des importations de véhicules neufs éprouve des difficultés à avancer réellement. Dernier indice d’une situation qui n’annonce toujours pas d’échéance pour le début effective de ces importations, l’entame de l’opération de dépôt des dossiers par les opérateurs intéressés par cette activité qui, en fin de compte, n’a eu lieu que mardi au niveau du ministère de l’Industrie, c’est-à-dire une semaine après l’installation du comité technique interministériel chargé de l’examen et du suivi de ces dossiers.

Par Feriel Nourine
Or, ceux qui tentent de suivre de près le déroulement des choses pour ce dossier à plusieurs rebondissements et des retours répétés à la case départ, croyaient savoir qu’une fois installé, le comité trouverait une pile considérable de demandes d’agrément à l’attendre via la fameuse plateforme dédiée, mise en place sous la houlette de l’ex-ministre du secteur. Dans cette logique, il avait même été annoncé que les premiers agréments allaient être délivrés quelques jours après cette installation, de sorte à débloquer une situation qui perdure et qui pénalise le marché de l’automobile en le privant de véhicules depuis bientôt deux années.
Mais, en réalité, les opérateurs qui ont attendu l‘amendement du cahier des charges, puis l’installation du comité chargé du suivi de leurs dossiers, ont dû aussi attendre qu’un communiqué soit diffusé sur le portail électronique du département, dirigé par Mohamed Bacha, les invitant à se rapprocher directement des services concernés afin de déposer leurs dossiers. Lequel communiqué a été précédé de courriers adressés par mail aux potentiels candidats. Ces derniers n’ont été informés que dans la soirée de lundi, à travers une procédure qui a finalement effacé celles mises en place par le ministre limogé, sur la base de ladite plateforme et un dépôt en plusieurs étapes, donnant droit à un « agrément provisoire » puis à un « agrément définitif ».
Plus de plateforme donc, mais des dépôts de dossiers qui se feront chaque dimanche et chaque mardi, comme l’a indiqué le communiqué de la tutelle, précisant que l’opération durera dans le temps, laissant augurer une grande affluence de la part des opérateurs. Parmi ces derniers, ils étaient nombreux à s’être dirigés mardi vers les bureaux de réception des dossiers. Certaines sources parlent d’une dizaine de dépôts effectués pour le compte de cette première opération du genre. Selon le récent décret exécutif venu amender le cahier des charges d’août 2020, ils attendront 20 jours pour savoir s’ils sont autorisés ou non à activer dans l’importation de véhicules neufs.
En cas d’autorisation accordée, ils pourront entamer les procédures nécessaires pour se lancer dans l’activité de concessionnaire, en comptant sur le même décret exécutif qui a supprimé la dénomination «agrément définitif» pour laisser place à «agrément» tout simplement.
On croit savoir également que la première liste des candidats ayant postulé à cet agrément compte les noms d’opérateurs ayant déjà postulé à l’activité de concessionnaire automobiles dans le cadre de l’ancien cahier des charges et dont certains ont même obtenu leur agrément provisoire.
Pour rappel, ces opérateurs ont été invités à introduire un nouveau dossier, conformément au nouveau texte de loi publié à la mi-mai. En effet, «les postulants ayant déjà souscrit au cahier des charges, annexé au décret exécutif n° 20-227 du 29 Dhou El Hidja 1441 correspondant au 19 août 2020, modifié, sus-cité, pour l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs avant la publication du présent décret, doivent souscrire aux cahiers des charges, modifié, annexés au présent décret pour l’obtention de l’agrément et réintroduire un dossier pour l’obtention de l’agrément conformément à l’article 5 du présent décret», a-t-on précisé sur le Journal Officiel. Concernant les marques automobiles pour lesquelles les premiers dossiers ont été déposés, des sources citent une marque coréenne et six chinoises représentant des véhicules particuliers et utilitaires.
On apprend également que ces premières réceptions sont essentiellement constituées de candidats ayant déjà postulé et même obtenu l’agrément provisoire avant que les compteurs ne soient remis à zéro, conformément au nouveau texte. On y trouve une marque coréenne et six d’origine chinoise, entre véhicules particuliers et utilitaires.