Inauguré l’année dernière, le complexe industriel de raffinage de sucre, investissement du groupe Berrahal, implanté dans la zone d’activités de Tafraoui, a annoncé déjà la couleur, en commercialisant son produit. L’ambition de l’investisseur mascaréen ne s’est pas arrêtée en un si bon chemin, puisqu’il a entamé l’exportation de sa marchandise vers la Turquie, apprend-on de sources concordantes.

Quelques mois seulement après sa mise en service totale, l’usine s’est ouverte sur le monde à travers un produit du cru. Nos sources indiquent que d’autres marchés, notamment au niveau du continent africain, seraient dans le viseur. Décidément, après le ciment, l’Algérie tente de réussir son autosuffisance en sucre. D’une capacité de raffinage de 700 000 tonnes/an et d’un coût de 12 milliards de dinars et de 400 tonnes par jour, ce complexe dénommé la Grande raffinerie oranaise de sucre a sensiblement amélioré la commercialisation de ce produit, en attendant de faire baisser ses prix. Lors de l’inauguration, l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal avait souligné la possibilité d’exporter le sucre, en rappelant que les besoins du pays varient entre 1,6 et 2 millions de tonnes par an, alors que la production nationale atteindra les 2,5 millions de tonnes avec celle de ce nouveau complexe.
J. M.